Framablog

S'abonner à flux Framablog
La route est longue mais la voie est libre…
Mis à jour : il y a 6 min 32 sec

Khrys’presso du lundi 10 mai 2021

lun, 10/05/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial pouvoir et médias Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, État policier, montée de l’extrême-droite… Spécial Résistance(s) Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine
  • “Dès l’instant où le soin dentaire est soumis au joug de la rentabilité, ça ne peut pas bien fonctionner” (frustrationmagazine.fr)

    Notre système de santé dentaire est particulièrement inégalitaire et pourtant on n’en parle peu, comme si la santé dentaire était un à côté, un petit plus comme les massages thaï ou l’aqua-poney. Avec un reste à charge qui augmente avec les années […] pouvoir prendre soin de ses dents est bel et bien un luxe. […] Si on voulait un système plus efficace pour les patients, il faudrait un système hospitalier dentaire, avec des soignants qui soignent sans avoir à se préoccuper de l’argent que leur intervention leur offrira

  • Mal nommer l’université. (affordance.info)

    Ce sont ce que l’on appelle des “signaux faibles” […] En voici quatre. “Microsoft ouvre une école de formation à Nantes” [Avril 2019] “Free lance sa propre université” [Janvier 2021] “Apple annonce un ‘developer academy’ dans une université” [Janvier 2021] “Google va-t-il hacker le diplôme universitaire ?” [Mars 2021] Mais ce qui compte c’est la tendance. Et le glissement du langage. […] De l’autre côté, on a donc un ministère qui profite de l’accumulation de réformes à flux tendu dans un contexte sanitaire et financier alarmant pour l’ensemble du supérieur et de la recherche pour en ajouter une couche et détricoter toute la lisibilité de l’offre de formation en prétextant des harmonisations dont chacun voit bien qu’elles n’ont absolument aucun sens autre que celui d’occuper la galerie et d’achever de noyer les personnels sous des tâches administratives aussi débiles qu’obscures dans des calendriers intenables

  • Nous retrouver. Les p’tites beautés de l’élysée. (affordance.info)

    La capacité d’auto-fellation de chacun d’entre nous n’étant limitée que par le choix de se briser certaines vertèbres dorsales et cervicales, on pourra dira ce qu’on voudra du droit de l’Elysée à s’auto-congratuler par tous les moyens possibles, y compris par le truchement d’une newsletter qui est en termes de contenu et de pertinence aussi proche du vide que possible […] Reste l’obstination des faits. Alors que la stratégie vaccinale est toujours pour le moins soumise à un régime d’aléatoire qui continue de friser souvent avec la défaillance, l’élément de langage du « plateau haut » désigne dans leur novlangue une réalité dans laquelle chaque jour dans la 6ème puissance économique mondiale toujours près de 300 personnes continuent de mourir d’une saloperie de virus pour lequel on dispose (théoriquement) d’un vaccin et viennent s’ajouter au déjà plus de 100 000 morts de cette pandémie en France.

  • Italie : comprendre le soulèvement des années 1970 (lundi.am)
  • Années de plomb : les approximations mensongères du ministre de la Justice (rapportsdeforce.fr)
  • 10 mai 1981 : Cette victoire que l’on n’attendait plus (politis.fr)
  • A Female Vision of Sci-Fi (hyperallergic.com)
Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les découvertes/mots de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Nextcloud pour l’enseignement ? Ça se tente !

mer, 05/05/2021 - 15:13

La maîtrise des outils numériques pour l’éducation est un enjeu important pour les personnels, qui confrontés aux « solutions » Microsoft et Google cherchent et commencent à adopter des alternatives crédibles et plus respectueuses.

C’est dans cet esprit que nous vous invitons à découvrir la décision prise par de nombreux établissements scolaires en Allemagne sous l’impulsion de Thomas Mayer : ils ont choisi et promu Nextcloud et son riche « écosystème » de fonctionnalités. Dans l’interview que nous avons traduite et que Nexcloud met évidemment en vitrine, Thomas Mayer évoque rapidement ce qui l’a motivé et les avantages des solutions choisies.
Bien sûr, nous sommes conscients que NextCloud, qui fait ici sa promotion avec un témoignage convaincant, n’est pas sans défauts ni problème. L’interface pour partager les fichiers par exemple, n’est pas des plus intuitives…

Mais sans être LA solution miraculeuse adaptée à toutes les pratiques de l’enseignement assisté par l’outil numérique, Nextcloud…
– est un logiciel libre respectueux des utilisatrices et utilisateurs
– permet l’hébergement et le partage de fichiers distants
– est une plateforme de collaboration
C’est déjà beaucoup ! Si l’on ajoute un grand nombre de fonctionnalités avec plus de 200 applications, vous disposerez de quoi libérer les pratiques pédagogiques de Google drive et d’Office365 sans parler des autres qui se pressent au portillon pour vous convaincre…

Qui plus est, au plan institutionnel, Nextcloud a été adopté officiellement par le ministère de l’Intérieur français  en substitution des solutions de cloud computing1 américaines et il est même (roulement de tambour)… disponible au sein de notre Éducation Nationale ! Si vous ne l’avez pas encore repéré, c’est sur la très enthousiasmante initiative Apps.Education.fr. En principe, les personnels de l’Éducation nationale peuvent s’en emparer — dans toutes les académies ? Mais oui.
Et les enseignantes françaises semblent déjà nombreuses à utiliser Nextcloud : rien qu’au mois d’avril dernier, 1,2 millions de fichiers ont été déposés, nous souffle-t-on. C’est un bon début, non ?

À vous de jouer : testez, évaluez, mettez en pratique, faites remonter vos observations, signalez les problèmes, partagez votre enthousiasme ou vos réticences, et ce qui vous manque aujourd’hui sera peut-être implémenté demain par Nextcloud.
Mais pour commencer, jetons un œil de l’autre côté du Rhin…

Article original sur le portail de Nextcloud : Bavarian school experience with Nextcloud : The benefits for schools are immense !

Traduction Framalang : Fabrice, Goofy

Les écoles de Bavière essaient Nextcloud : les bénéfices sont immenses !

Nous avons interviewé Thomas Mayer, qui est administrateur système d’une école secondaire en Bavière mais aussi un médiateur numérique pour les écoles secondaires bavaroises à l’institut pour la qualité pédagogique et la recherche en didactique de Munich. Thomas nous a fait part de son expérience de l’usage et du déploiement de Nextcloud dans les écoles, les multiples bénéfices qui en découlent. C’est un message important pour les décideurs qui cherchent des solutions collaboratives en milieu scolaire.

Les écoles peuvent en tirer d’immenses avantages ! Les élèves et les collègues bénéficient d’un système complet et moderne qu’ils peuvent également utiliser à la maison. De plus, utiliser Nextcloud leur donne des compétences importantes sur le numérique au quotidien et les technologies informatiques. Les étudiants apprennent beaucoup de choses en utilisant Nextcloud qui seront aussi pertinentes dans leurs études et leur vie professionnelle.

Administrateur système, Thomas a pu déployer un environnement autour de Nextcloud qui est documenté sur le site schulnetzkonzept.de. Outre Nextcloud, le site décrit l’installation et la configuration de Collabora, Samba, Freeradius, Debian comme système d’exploitation de base, Proxmox comme système de virtualisation, etc.
Plusieurs centaines de milliers d’élèves utilisent déjà Nextcloud, y compris par exemple dans des écoles en Saxe, Rhénanie du Nord-Westphalie, Saxe-Anhalt, à Berne en Suisse et bien d’autres. Il est possible d’ajouter des fonctionnalités supplémentaires avec des extensions Nextcloud ou bien des plateformes d’apprentissage comme Moodle ou HPI School Cloud, qui sont open source et conformes au RGPD.

Quand et pourquoi avez-vous décidé d’utiliser Nextcloud ?

Nous avions déjà Nextcloud dans notre école, quand il s’appelait encore Owncloud. Avec l’introduction du système en 2014, nous avons voulu innover en prenant nos distances avec les usages habituels des domaines de Microsoft et les ordinateurs toujours installés en classe pour aller vers un usage plus naturel de fichiers accessibles aussi par mobile ou par les appareils personnels utilisés quotidiennement par les élèves et les professeurs.
Dans le même temps, Nextcould a mûri, et nous aussi avons évolué dans nos usages. Il ne s’agit plus uniquement de manipuler fichiers et répertoires, il existe désormais des outils de communication, d’organisation, de collaboration, et des concepts pour imaginer l’école et les solutions numériques. Nextcloud est devenu un pilier utile et important de notre école.

Quels sont les bénéfices pour les écoles depuis que vous avez lancé l’usage de Nextcloud ?

Les écoles qui reposent sur Nextcloud disposent d’une solution économique, qui ouvre la voie vers l’école numérique à travers de nombreuses fonctions, dans l’esprit de la protection des données et de l’open source ! Malheureusement, ses nombreux avantages n’ont pas encore été identifiés par les décideurs du ministère de l’Éducation. Là-bas, les gens considèrent encore que les bonnes solutions viennent forcément de Microsoft ou assimilés. Afin que les avantages de l’infrastructure Nextcloud deviennent plus visibles pour les écoles, davantage de travail de lobbying devrait être fait en ce sens. De plus, nous avons besoin de concepts qui permettent à CHAQUE école d’utiliser une infrastructure Nextcloud.

« computer class » par woodleywonderworks, licence CC BY 2.0

Quel message souhaitez-vous transmettre aux décideurs qui recherchent des solutions collaboratives pour l’enseignement ?

Une solution étendue à toutes les écoles d’Allemagne serait souhaitable. Si vous ne voulez pas réinventer la roue lorsque vous devez collaborer, et que vous voulez être attentif à la protection des données, vous ne pouvez pas contourner Nextcloud ! Mais ce n’est pas uniquement aux responsables des ministères de l’Éducation de faire des progrès ici : j’espère que les personnes responsables de Nextcloud vont amener leurs produits dans les écoles avec un lobbying approprié et des concepts convaincants !
Les décideurs des ministères de l’Éducation devraient chercher les meilleures solutions sans biais, et ne devraient pas être effrayés par l’open source lors de ces recherches : l’utilisation de logiciels open source est la seule manière concrète d’utiliser du code de qualité !

Quelles ont été vos motivations pour créer le Schulnetzkonzept2 ?
Dans ma vie, j’ai pu bénéficier de nombreux logiciels open source, et de formidables tutoriels gratuits. Avec le concept de réseau éducatif, je voudrais aussi contribuer à quelque chose dans la philosophie de l’open source, et rendre mon expérience disponible. Même si mon site est destiné à des gens calés en informatique, la réponse est relativement importante et toujours positive.

Quels retours avez-vous des élèves et des professeurs ?
Le retour est essentiellement très positif. Les gens sont heureux que nous ayons une communication fiable et un système collaboratif entre les mains, particulièrement en ces temps d’école à la maison.

« computer class » par woodleywonderworks, licence CC BY 2.0

 

Quelles sont les fonctionnalités que vous préférez utiliser et quelles sont celles qui vous manquent encore peut-être ?
Pas facile de répondre. Beaucoup de composants ont une grande valeur et nous sont utiles. Nous utilisons principalement les fonctionnalités autour des fichiers et Collabora. Bien sûr, les applications mobiles jouent aussi un rôle important !
Ce qui serait le plus profitable aux écoles actuellement serait que le backend haute-performance pour les conférences vidéos soit plus facilement disponible. Cela contrecarrait aussi les sempiternelles visios avec Microsoft Teams de nombreux ministres de l’éducation.

  • Un peu envie de voir tout de suite à quoi ça ressemble  ? Allez sur la démo en ligne et vous avez 60 minutes pour explorer en vrai la suite Nextcloud : https://try.nextcloud.com/
  • Une vidéo de 4 minutes de Apps.education.fr vous montre comment créer une ressource partagée avec paramétrage des permissions, la mettre à disposition des élèves et récolter les documents qu’ils et elles envoient.

Khrys’presso du lundi 3 mai 2021

lun, 03/05/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial projet de loi contre le terrorisme Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, État policier, montée de l’extrême-droite… Spécial Résistance(s) Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine
  • Le centimètre sentimental. (affordance.info)

    Combien de fois perd-on ses clés dans une vie ? Vraiment je veux dire. Pas cette perte d’une minute qui nécessite juste de se déplacer dans une autre pièce ou de se retourner pour les retrouver. Combien de fois ? Combien de fois cette perte revêt-elle un caractère suffisamment urgent, déterminant, éminent, pour que le recours à des technologies avancées de localisation s’impose ou s’avère impérieux et nécessaire ?

  • Ontopouvoir : une histoire du présent – Noé Gross [Note de lecture] (lundi.am)

    le gouvernement par la peur est devenu notre mode de vie, cette tonalité affective qui nous environne, s’autoperpétuant, générant elle-même de la peur, c’est-à-dire son propre effet : la peur est devenue le fondement de sa propre existence comme mode de vie. Les pouvoirs politiques continuent d’exploiter et d’entretenir alors la peur dans ses variantes et son devenir-autonome, car celle-ci est toujours constitutive de l’autorité politique tant elle s’avère utile à l’État pour désigner un ennemi commun ou mettre en place des mesures préventives et préemptives. Dans son développement autonome à devenir un mode de vie, la peur crée une « individuation collective » basée sur elle-même qui devrait nous inquiéter en ce que celle-ci est la marque du fascisme.

  • The Fediverse – What About Ressources ? (blog.windfluechter.net)
  • Pourquoi désinstaller Zoom ? (korben.info) – profitons-en pour rappeler des alternatives libres, gratuites et marchant fort bien (et même souvent bien mieux que Zoom, me glisse-t-on à l’oreille) : BigBlueButton ; Jitsi ; Galène (à tester par exemple sur l’instance de ouvaton)
Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Khrys’presso du lundi 26 avril 2021

lun, 26/04/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, État policier, montée de l’extrême-droite… Spécial Résistance(s) Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Sauvegardez !

ven, 23/04/2021 - 10:35

Régulièrement, un accident qui entraine la perte de données importantes nous rappelle l’importance des sauvegardes. L’incendie du centre de données d’OVH à Strasbourg le 10 mars dernier a été particulièrement spectaculaire, car de nombreuses personnes et organisations ont été touchées, mais des incidents de ce genre sont fréquents, quoique moins médiatisés. Un ami vient de m’écrire pour me demander mon numéro de téléphone car il a perdu son ordiphone avec son carnet d’adresses, un étudiant a perdu son ordinateur portable dans le métro, avec tout son mémoire de master dessus, et met une petite annonce dans la station de métro, une graphiste s’aperçoit que son ordinateur, avec tous ses travaux dessus, ne démarre plus un matin, une ville a perdu ses données suite au passage d’un rançongiciel, une utilisatrice de Facebook demande de l’aide car son compte a été piraté et elle ne peut plus accéder à ses photos de famille… Des appels au secours sur les réseaux sociaux comme celui-ci ou celui-là sont fréquents. Dans tous ces cas, le problème était l’absence de sauvegardes. Mais c’est quoi, les sauvegardes, et comment faut-il les faire ?

Le principe est simple : une sauvegarde (backup, en anglais) est une copie des données effectuée sur un autre support. Le but est de pouvoir récupérer ses données en cas de perte. Les causes de perte sont innombrables : vol de l’ordinateur portable ou de l’ordiphone (ces engins, étant mobiles, sont particulièrement exposés à ces risques), effacement par un logiciel malveillant ou par une erreur humaine, panne matérielle. Les causes possibles sont trop nombreuses pour être toutes citées. Retenons plutôt ce principe : les données peuvent devenir inaccessibles du jour au lendemain. Même si vous n’utilisez qu’un ordinateur fixe, parfaitement sécurisé, dans un local à l’abri des incendies (qui peut vraiment prétendre avoir une telle sécurité ?), un composant matériel peut toujours lâcher, vous laissant dans l’angoisse face à vos fichiers irrécupérables. Ne pensons donc pas aux causes de perte, pensons aux précautions à prendre.

(Au passage, saviez-vous que Lawrence d’Arabie avait perdu lors d’un voyage en train un manuscrit qu’il avait dû retaper complètement ? Il n’avait pas de sauvegardes. À sa décharge, avant le numérique, faire des sauvegardes était long et compliqué.)

La règle est simple : il faut sauvegarder ses données. Ou, plus exactement, ce qui n’est pas sauvegardé peut être perdu à tout instant, sans préavis. Si vous êtes absolument certain ou certaine que vos données ne sont pas importantes, vous pouvez vous passer de sauvegardes. À l’inverse, si vous êtes en train d’écrire l’œuvre de votre vie et que dix ans de travail sont sur votre ordinateur, arrêter de lire cet article et aller faire tout de suite une sauvegarde est impératif. Entre les deux, c’est à vous de juger de l’importance de vos données, mais l’expérience semble indiquer que la plupart des utilisateurices sous-estiment le risque de panne, de vol ou de perte. Dans le doute, il vaut donc mieux sauvegarder.

Comment on sauvegarde ?

Là, je vais vous décevoir, je ne vais pas donner de mode d’emploi tout fait. D’abord, cela dépend beaucoup de votre environnement informatique. On n’utilisera pas les mêmes logiciels sur macOS et sur Ubuntu. Je ne connais pas tous les environnements et je ne peux donc pas vous donner des procédures exactes. (Mais, connaissant les lecteurices du Framablog, je suis certain qu’ielles vont ajouter dans les commentaires plein de bons conseils pratiques.) Ensuite, une autre raison pour laquelle je ne donne pas de recettes toutes faites est que la stratégie de sauvegarde va dépendre de votre cas particulier. Par exemple, si vous travaillez sur des données confidentielles (données personnelles, par exemple), certaines stratégies ne pourront pas être appliquées.

Je vais plutôt me focaliser sur quelques principes souvent oubliés. Le premier est d’éviter de mettre tous ses œufs dans le même panier. J’ai déjà vu le cas d’une étudiante ayant bien mis sa thèse en cours de rédaction sur une clé USB mais qui avait la clé et l’ordinateur portable dans le même sac… qui fut volé à l’arrachée dans la rue. Dans ce cas, il n’y a pas de réelle sauvegarde, puisque le même problème (le vol) entraine la perte du fichier et de la sauvegarde. Même chose si la sauvegarde est accessible depuis la machine principale, par exemple parce qu’elle est sur un serveur de fichiers. Certes, dans ce cas, une panne matérielle de la machine n’entrainerait pas la perte des données sauvegardées sur le serveur, en revanche, une fausse manœuvre (destruction accidentelle des fichiers) ou une malveillance (rançongiciel chiffrant tout ce qu’il trouve, pour le rendre inutilisable) frapperait la sauvegarde aussi bien que l’original. Enfin, si vous travaillez à la maison, et que la sauvegarde est chez vous, rappelez-vous que le même incendie peut détruire les deux. (Il n’est pas nécessaire que tout brûle pour que tous les fichiers soient perdus ; un simple début de fumée peut endommager le matériel au point de rendre les données illisibles.) Rappelez-vous : il y a plusieurs causes de pertes de données, pas juste la panne d’un disque dur, et la stratégie de sauvegarde doit couvrir toutes ces causes. On parle parfois de « règle 3-2-1 »  : les données doivent être sauvegardées en trois exemplaires, sur au moins deux supports physiques différents, et au moins une copie doit être dans un emplacement séparé. Bref, il faut être un peu paranoïaque et imaginer tout ce qui pourrait aller mal.

Donc, pensez à séparer données originelles et sauvegardes. Si vous utilisez un disque dur externe pour vos sauvegardes, débranchez-le physiquement une fois la sauvegarde faite. Si vous utilisez un serveur distant, déconnectez-vous après la copie.

(Si vous êtes programmeureuse, les systèmes de gestion de versions gardent automatiquement les précédentes versions de vos programmes, ce qui protège contre certaines erreurs humaines, comme d’effacer un fichier. Et, si ce système de gestion de versions est décentralisé, comme git, cela permet d’avoir facilement des copies en plusieurs endroits. Toutefois, tous ces endroits sont en général accessibles et donc vulnérables à, par exemple, un logiciel malveillant. Le système de gestion de versions ne dispense pas de sauvegardes.)

Ensuite, ne faites pas d’économies : il est très probable que vos données valent davantage que les quelques dizaines d’euros que coûte un disque dur externe ou une clé USB. Toutefois, il vaut mieux des sauvegardes imparfaites que pas de sauvegardes du tout. Simplement envoyer un fichier par courrier électronique à un autre compte (par exemple celui d’un ami) est simple, rapide et protège mieux que de ne rien faire du tout.

Enfin, faites attention à ce que la sauvegarde elle-même peut faire perdre des données, si vous copiez sur un disque ou une clé où se trouvent déjà des fichiers. C’est une des raisons pour lesquelles il est recommandé d’automatiser les sauvegardes, ce que permettent la plupart des outils. L’automatisation n’a pas pour but que de vous fatiguer moins, elle sert aussi à limiter les risques de fausse manœuvre.

À quel rythme ?

La règle est simple : si vous faites des sauvegardes tous les jours, vous pouvez perdre une journée de travail. Si vous en faites toutes les semaines, vous pouvez perdre une semaine de travail. À vous de voir quel rythme vous préférez.

Et le cloud magique qui résout tout ?

Quant on parle de sauvegardes, beaucoup de gens répondent tout de suite « ah, mais pas de problème, moi, tout est sauvegardé dans le cloud ». Mais ce n’est pas aussi simple. D’abord, le cloud n’existe pas : il s’agit d’ordinateurs comme les autres, susceptibles des mêmes pannes, comme l’a tristement démontré l’incendie d’OVH. Il est d’ailleurs intéressant de noter que beaucoup de clients d’OVH supposaient acquis que leurs données étaient recopiés sur plusieurs centres de données, pour éviter la perte, malgré les conditions d’utilisation d’OVH qui disaient clairement que la sauvegarde était de la responsabilité du client. (Mais qui lit les conditions d’utilisation ?)

Parfois, la croyance dans la magie du cloud va jusqu’à dire que leurs centres de données ne peuvent pas brûler, que des copies sont faites, bref que ce qui est stocké dans le nuage ne peut pas être perdu. Mais rappelez-vous qu’il existe d’innombrables causes de perte de données. Combien d’utilisateurs d’un service en ligne ont eu la mauvaise surprise de découvrir un matin qu’ils n’avaient plus accès à leur compte parce qu’un pirate avait deviné leur mot de passe (ou détourné leur courrier ou leurs SMS) ou parce que la société gestionnaire avait délibérément fermé le compte, en raison d’un changement de politique de leur part ou tout simplement parce que le logiciel qui contrôle automatiquement les accès a décidé que votre compte était problématique ? Il n’est pas nécessaire que la société qui contrôle vos fichiers perde les données pour que vous n’y ayez plus accès. Là aussi, c’est une histoire fréquente (témoignage en anglais) et elle l’est encore plus en cas d’hébergement gratuit où vous n’êtes même pas un client.

Ah, et un autre problème avec la sous-traitance (le terme correct pour cloud), la confidentialité. Si vous travaillez avec des données confidentielles (s’il s’agit de données personnelles, vous avez une responsabilité légale, n’oubliez pas), il n’est pas prudent de les envoyer à l’extérieur sans précautions, surtout vers les fournisseurs états-tuniens (ou chinois, mais ce cas est plus rare). Une bonne solution est de chiffrer vos fichiers avant l’envoi. Mais comme rien n’est parfait dans le monde cruel où nous vivons, il faut se rappeler que c’est moins pratique et surtout que cela introduit un risque de perte : si vous perdez ou oubliez la clé de chiffrement, vos sauvegardes ne serviront à rien.

Tester

Un adage d’ingéniérie classique est que ce qui n’a pas été testé ne marche jamais, quand on essaie de s’en servir. Appliqué aux sauvegardes, cela veut dire qu’il faut tester que la sauvegarde fonctionne, en essayant une restauration (le contraire d’une sauvegarde : mettre les fichiers sur l’ordinateur, à partir de la copie).

Une bonne discipline, par exemple, est de profiter de l’achat d’une nouvelle machine pour essayer de restaurer les fichiers à partir de la copie. Vous serez peut-être surpris·e de constater à ce moment qu’il manque des fichiers importants, qui avaient été négligés lors de la sauvegarde, ou bien que la sauvegarde la plus récente n’est… pas très récente. Ou bien tout simplement que la clé USB où vous aviez fait la sauvegarde a disparu, ou bien ne fonctionne plus.

Conclusion

Il faut sauvegarder. Je l’ai déjà dit, non ? Pour vous motiver, posez-vous les questions suivantes :

  • Si, un matin, mon ordinateur fait entendre un bruit de casserole et ne démarre pas, saurais-je facilement restaurer des données sauvegardées ?
  • Si toutes mes données sont chez un hébergeur extérieur et que je perds l’accès à mon compte, comment restaurerais-je mes données ?
  • Si je travaille sur un ordinateur portable que je trimballe souvent, et qu’il est volé ou perdu, où et comment restaurer les données ?

Si vous préférez les messages en vidéo, j’ai bien aimé cette vidéo qui, en dépit de son nom, n’est pas faite que pour les geeks.

 

 

 

J’enseigne, je code et je partage : une série de portraits-entretiens à la rencontre des enseignant⋅es développeur⋅es

jeu, 22/04/2021 - 08:22

J’enseigne, je code et je partage est une série de portraits-entretiens à la rencontre des enseignant⋅es développeur⋅es réalisée par Hervé Baronnet (enseignant) et Jean-Marc Adolphe (journaliste culture et humanités) pour l’association Faire École Ensemble. Déjà 3 de ces portraits-entretiens ont été publiés et on s’est dit que ça pourrait être chouette d’en savoir un peu plus sur cette initiative. Alors, on a demandé aux interviewers s’ils acceptaient d’être interviewés à leur tour.

Bonjour Hervé et Jean-Marc ! Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour,
Hervé Baronnet, je suis enseignant en maternelle depuis 25 ans, toujours en zone d’éducation prioritaire. Utilisateurs des TICE, notamment de logiciels éducatifs libres mais pas exclusivement. J’ai contribué au projet AbulÉdu en tant que bêta-testeur et auteur de documentations pédagogiques. Je suis actuellement membre du conseil collégial de FÉE.

Bonjour,
Jean-Marc Adolphe, journaliste et conseiller artistique, ex-militant FCPE. Je m’intéresse depuis longtemps à l’éducation aux médias, à mes yeux insuffisamment enseignée à l’école. Et en tant que citoyen, l’école m’engage. La question des « biens communs numériques » me semble essentielle dans tout ce qui ressort du service public, particulièrement au sein de l’Éducation nationale.

Vous êtes tous les deux adhérents de l’association Faire École Ensemble. C’est quoi cette asso ?

L’association Faire École Ensemble est une association collégiale qui facilite les collaborations entre les citoyens et la communauté éducative tout au long de la pandémie. Fée engage des projets collaboratifs en s’appuyant sur 3 spécificités : la convivialité, la documentation et le recours par défaut aux licences ouvertes.

Concrètement, à l’annonce de la fermeture des écoles et de la mise en place généralisée de l’enseignement à distance en mars 2020, nous avons mobilisé 1000 citoyennes et citoyens pour aider les professeurs peu à l’aise avec le numérique. S’en sont suivies d’autres actions autour de la réouverture progressive des écoles avec un protocole sanitaire drastique, les possibilités de faire école à l’extérieur, la préparation d’une rentrée apaisée en passant une nuit à l’école et une action réflexive sur la place du numérique dans l’enseignement (recherche-action ; états généraux du numérique libre et des communs pédagogiques).

Ce que nous faisons avec Faire École Ensemble relève d’une configuration tiers-lieux telle que définie par Antoine Burret (« le tiers-lieu peut-être défini conceptuellement comme : une configuration sociale où la rencontre entre des entités individuées engage intentionnellement à la conception de représentations communes »). Nos projets réunissent des communautés de personnes diverses (parents, profs, designers, chercheurs, élèves, architectes, juristes, militants associatifs, artistes…) autour d’une intention commune (réaménager sa classe, organiser une nuit à l’école, penser la pédagogique en période de crise…). Nous documentons les conversations (formelles et informelles) pour faire émerger un patrimoine informationnel commun, nous prenons soin des liens entre les personnes, sommes garants de la convivialité et accompagnons celles et ceux qui le souhaitent dans le passage à l’action (nous ne faisons pas à leur place).

J’ai cru comprendre que FÉE souhaitait développer une communauté d’enseignant⋅es développeur⋅es en informatique. Quel est l’objectif ? Ça s’organise où et comment ? Quelles sont les modalités pour y participer ?

La création de la communauté d’enseignant⋅es développeur⋅es s’inscrit dans le cadre du programme sur le libre et les communs dans l’éducation. Cette action fait suite aux États Généraux du Numérique Libre et des Communs Pédagogiques et vise à réunir les enseignant⋅es développeur⋅es en communauté pour penser/agir en faveur d’un numérique éducatif plus coopératif et plus éthique.

C’est une communauté ouverte pour :

  • Comprendre quelles sont les spécificités des enseignant⋅es développeur⋅ses et favoriser leur mise en visibilité
  • Promouvoir leurs projets de développement
  • Faciliter les contributions et favoriser l’entraide

La communauté s’organise autour d’une catégorie sur le forum de FÉE où l’inscription est libre, et d’une page sur le wiki de FÉE.

Des webinaires « le logiciel libre par des acteurs de l’éducation pour l’éducation » dans le cadre du cycle sur le libre et les communs sont proposés régulièrement. Les enseignant⋅es développeur⋅es sont invité⋅es à y participer.

Il est important de souligner que les « enseignant⋅es développeur⋅es » ne sont pas nécessairement des spécialistes en informatique. Ce sont avant tout des enseignant⋅es, soucieu⋅ses de trouver des ressources pédagogiques et « techniques » adaptées à leurs élèves.

Dans ce cadre, vous vous êtes lancés dans une série d’interviews d’enseignant⋅es développeur⋅es. Quel est l’objectif de ces interviews ?

Le premier objectif de cette série d’entretiens-portraits est de faire connaître l’existence de ces personnes, de les valoriser elleux ainsi que les projets sur lesquels ielles travaillent. Ensuite, un portrait type présentant leurs spécificités va pouvoir naître en croisant les réponses.

Carte heuristique pour mettre en évidence les spécificités des enseignant⋅es développeur⋅es.

Il s’agit de faire savoir à d’autres enseignant⋅es développeur⋅es qu’ielles ne sont pas seul⋅es. À plus long terme, il s’agit de faire prendre conscience de la valeur de ces acteur⋅ices et de lister les freins et les besoins pour aboutir à un soutien institutionnel.

Sur quels critères sélectionnez-vous les enseignant⋅es développeur⋅es pour votre série de portraits ?

Nous avons sollicité dans un premier temps des enseignant⋅es qui s’étaient inscrit⋅es sur le forum de FÉE. Puis nous avons réalisé des portraits de personnes au profil plus étendu, avec la double casquette enseignant et développeur au sens large. Le fait de développer ou de contribuer à des logiciels libres est privilégié dans le choix des entretiens.

#ModeTroll : il y a à ce jour 3 entretiens sur le blog et uniquement des hommes. C’est volontaire de ne pas valoriser la gent féminine ?

Il y en a 3 et bientôt 6, tous des hommes, en effet ! FÉE n’y est pour rien (le conseil collégial de l’association devrait être bientôt à parité hommes / femmes). Il se trouve que seuls des enseignants-hommes se sont manifestés à ce jour. Mais nous profitons de cet entretien pour lancer un appel à des enseignantes-développeuses afin qu’elles participent à cette série d’entretiens et qu’elles puissent rejoindre la communauté qui est en train de se former.

Quelle est la place du logiciel libre dans les pratiques des enseignant⋅es développeur⋅es ?

La place du logiciel libre est centrale, car la priorité a été donnée aux enseignant⋅es développeur⋅es libristes, cette action étant dans la continuité des États Généraux du Numérique Libre organisés par FÉE.

Des développeur⋅es qui utilisent des outils non libres ou développant des applications gratuites propriétaires pourront aussi être sollicité⋅es pour mieux définir ce qui les empêche de basculer vers le libre.

Et comme toujours, sur le Framablog, on vous laisse le mot de la fin !

À partir de ces entretiens des caractéristiques communes aux enseignant⋅es développeur⋅es peuvent être extraites.

Parmi les points positifs :
+ la motivation à aider les élèves
+ l’éthique comme moteur
+ la valeur ajoutée de leur projet en tant qu’outil métier

Parmi les aspects négatifs :
– le temps, la non-reconnaissance du travail
– le code « amateur » peu ou pas documenté
– l’aspect chronophage des questions des utilisateur⋅ices qui augmente avec le succès des logiciels

Notre contributopie serait de limiter ces freins par l’impulsion de solutions :

  • Que les institutions qui emploient ces enseignant⋅es développeur⋅es reconnaissent l’intérêt de leur travail et leur permettent d’y consacrer du temps. Les enseignant⋅es ne veulent pas devenir développeur⋅es à temps plein, le côté passion est leur moteur et les expériences de « professionnalisation » ont été des échecs.
  • Que la communauté du libre les aide pour améliorer le code sous forme, par exemple, de formations menées par des développeur⋅es professionnel⋅les.
  • La mise en place d’une communauté d’usage permettant de répondre aux questions des utilisateur⋅ices et de créer de la documentation pédagogique.

Merci beaucoup pour vos précisions Hervé et Jean-Marc. Et on espère que de nombreu⋅ses enseignant⋅es et libristes rejoindront votre communauté.

Développeurs, développeuses, nettoyez le Web !

mar, 20/04/2021 - 17:54

Voici la traduction par d’une nouvelle initiative d’Aral Balkan intitulée : Clean up the web ! : et si on débarrassait les pages web de leurs nuisances intrusives ?

En termes parfois fleuris (mais il a de bonnes raisons de hausser le ton) il invite toutes les personnes qui font du développement web à agir pour en finir avec la soumission aux traqueurs des GAFAM. Pour une fois, ce n’est pas seulement aux internautes de se méfier de toutes parts en faisant des choix éclairés, mais aussi à celles et ceux qui élaborent les pages web de faire face à leurs responsabilités, selon lui…

Traduction Framalang : Aliénor, ellébore, goofy, mo.

Nettoyons le Web !

par Aral Balkan

Développeurs, développeuses, c’est le moment de choisir votre camp :
voulez-vous contribuer à débarrasser le Web du pistage hostile à la confidentialité, ou bien allez-vous en être complices ?

Que puis-je faire ? 🚮️ Supprimer les scripts tiers de Google, Facebook, etc.

À commencer par Google Analytics (un des pisteurs les plus répandus dans le monde), YouTube videos, Facebook login widgets, etc.

Ces scripts permettent à des éleveurs de moutons numériques comme Google et Facebook de pister les utilisatrices d’un site à l’autre sur tout le Web. Si vous les incorporez à votre site, vous êtes complice en permettant ce pistage par des traqueurs.

Et oui, ça inclut aussi ces saloperies de Google AMP.

🚮️ Envoyer balader Google et son FLoC !

Face à la pression montante des mécontents, Google a annoncé qu’il allait à terme bloquer les traqueurs tiers dans son navigateur Chrome. Ça a l’air bien non ? Et ça l’est, jusqu’à ce que l’on entende que l’alternative proposée est de faire en sorte que Chrome lui-même traque les gens sur tous les sites qu’ils visitent…sauf si les sites lui demandent de ne pas le faire, en incluant le header suivant dans leur réponse :

Permissions-Policy : interest-cohort=()

Bon, maintenant, si vous préférez qu’on vous explique à quel point c’est un coup tordu…

Aucune page web au monde ne devrait avoir à supplier Google : « s’il vous plaît, monsieur, ne violez pas la vie privée de la personne qui visite mon site » mais c’est exactement ce que Google nous oblige à faire avec sa nouvelle initiative d’apprentissage fédéré des cohortes (FLoC).

(Si jamais vous avez du mal à retenir le nom, n’oubliez pas que « flock » veut dire « troupeau » en anglais, comme dans « troupeau de moutons, » parce que c’est clairement l’image qu’ils se font de nous chez Google s’ils pensent qu’on va accepter cette saloperie.

Donc c’est à nous, les développeurs, de coller ce header dans tous les serveurs web (comme nginx, Caddy, etc.), tous les outils web (comme WordPress, Wix, etc.)… bref dans tout ce qui, ajourd’hui, implique une réponse web à une requête, partout dans le monde.

Notre petit serveur web, Site.js, l’a déjà activé par défaut.

Ça a pris cinq minutes à mettre en place.

Vous pouvez le faire.

Pour en savoir plus sur le FLoC de Google vous pouvez lire cet article du Framablog (en français) et cet article de l’EFF (en anglais).

Si jamais il y a des politiciens qui ont les yeux ouverts en ce 21e siècle et qui ne sont pas trop occupés à se frotter les mains ou à saliver à l’idée de fricoter, voire de se faire embaucher par Google et Facebook, c’est peut-être le moment de faire attention et de faire votre putain de taf pour changer.)

🚮️ Arrêter d’utiliser Chrome et conseiller aux autres d’en faire autant, si ça leur est possible.

Rappelons qui est le méchant ici : c’est Google (Alphabet, Inc.), pas les gens qui pour de multiples raisons pourraient être obligés d’utiliser le navigateur web de Google (par exemple, ils ne savent pas forcément comment télécharger et installer un nouveau navigateur, ou peuvent être obligés de l’utiliser au travail, etc.)

Donc, attention de ne pas vous retrouver à blâmer la victime, mais faites comprendre aux gens quel est le problème avec Google (« c’est une ferme industrielle pour les êtres humains ») et conseillez-leur d’utiliser, s’ils le peuvent, un navigateur différent.

Malheureusement, dans l’état actuel des choses, il n’y a pas de navigateur parfait. Firefox, par exemple, est une option viable mais il ne faut pas oublier que Mozilla n’existe que parce que Google les rémunère à peu près un demi-milliard de dollars par an pour en faire le moteur de recherche par défaut sur leur navigateur. Dans le même ordre d’idées, Safari est une bonne option sur Apple mais n’oublions pas que même Apple laisse Google violer notre vie privée en échange de quelques milliards (à la différence de Mozilla, Apple n’a pas besoin de cet argent pour survivre, mais ce qui est sûr c’est qu’ils veulent en profiter.) Brave pourrait sembler le choix le plus judicieux jusqu’à ce qu’on se rende compte que le business model de Brave repose sur la vente de votre attention. Sous Linux, GNOME Web est un bon choix mais ne perdez pas de vue que Google est un membre rémunéré à part entière du Comité consultatif de GNOME

C’est décourageant de voir les tentacules de ce foutu monstre marin s’étendre partout et s’il a jamais été temps de créer une organisation indépendante financée par des fonds publics pour mettre au point un navigateur sans cochonnerie, c’est le moment.

🚮️ Protégez-vous et montrez aux autres comment en faire autant

Même si les bloqueurs de traqueurs sont en train de perdre au jeu du chat et de la souris (cf. par exemple FLoC ci-dessus), ils restent encore utiles pour protéger la vie privée des gens. Nous en proposons un qui s’appelle Better Blocker à la Small Technology Foundation. Nous recommandons également l’excellente extension uBlock Origin. (Et nous proposons une version des règles de blocage de Better que vous pouvez utiliser sur UBlock Origin.)

🚮️ Découvrir et utiliser des solutions alternatives.

Apprenez à connaître et à utiliser les alternatives. Les sites suivant sont des mines de ressources :

🚮️ Passez le mot !

Pointez vers cette page avec les hashtags #CleanUpTheWeb et#FlocOffGoogle.

🚮️ Choisissez un autre business model

En fin de compte, on peut résumer les choses ainsi : si votre business model est fondé sur le pistage et le profilage des gens, vous faites partie du problème.

Les mecs de la tech dans la Silicon Valley vous diront qu’il n’y a pas d’autre façon de faire de la technologie que la leur.

C’est faux.

Ils vous diront que votre « aventure extraordinaire » commence par une startup financée par des business angels et du capital risque et qu’elle se termine soit quand vous êtes racheté par un Google ou un Facebook, soit quand vous en devenez un vous-même. Licornes et compagnie…

Vous pouvez créer de petites entreprises durables. Vous pouvez créer des coopératives. Vous pouvez créer des associations à but non lucratif, comme nous.

Et au sein de ces structures alternatives qui n’ont pas l’obsession de tout savoir sur tout le monde ni de générer de la croissance infinie avec des ressources finies, vous pouvez produire des outils qui font ce qui est dit sur l’étiquette et rien d’autre.

Si vous vous demandez ce qui vous rend heureux, est-ce que ce n’est pas ça, par hasard ?

Est-ce que vous voulez devenir milliardaire ? Est-ce que vous avez envie de traquer, de profiler, de manipuler les gens ? Ou est-ce que vous avec juste envie de faire de belles choses qui améliorent la vie des gens et rendent le monde plus équitable et plus sympa ?

Nous faisons le pari que vous préférez la seconde solution.

Si vous manquez d’inspiration, allez voir ce qui se fait chez Plausible, par exemple, et comment c’est fait, ou chez HEY, Basecamp, elementary OS, Owncast, Pine64, StarLabs, Purism, ou ce à quoi nous travaillons avec Site.js et le Small Web… vous n’êtes pas les seuls à dire non aux conneries de la Silicon Valley

Là où ils voient grand, voyons petit.

Parce que small is beautiful.

Vous avez aimé ? Soutenez-nous avec un don !

La Small Technology Foundation est une petite structure indépendante sans but lucratif.

On existe en partie grâce au soutien de gens comme vous. Si vous partagez notre vision et désirez souteni notre travail, faites une don aujourd’hui et aidez-nous à continuer à exister.

Copyright © 2021-present Small Technology Foundation. Ground Floor, 71 Lower Baggot Street, D02 P593, Dublin, Ireland. All content on this site is licensed under Creative Commons Attribution 4.0 International.Our privacy policy is “we exist to protect your privacy.”View source.

 

« Avance rapide » : le défi de Nathalie

mar, 20/04/2021 - 07:42

Voici la republication de cet article que Nathalie a publié sur son blog pour tirer le bilan de son défi : « 30 articles en 30 jours pour un Web plus écolo »

Un Web « low-tech », « sobre », « frugal »… ce n’est pas une mode, mais un mouvement de fond qui va au-delà de la prise de conscience et commence à s’installer dans les pratiques. C’est pourquoi sans doute Nathalie a choisi d’associer recherche d’informations et expérimentation dans sa démarche d’éco-conception, c’est après tout la meilleure façon d’apprendre et progresser. Les commentaires comme toujours sont ouverts et modérés.

Bilan du défi « avance rapide »

par Nathalie

Nous sommes début avril 2021, voilà maintenant un mois que je m’intéresse aux impacts du numérique sur notre planète. Un mois que je lis tout ce que je peux trouver sur ce sujet et plus particulièrement sur l’éco-conception du numérique. Un mois que j’apprends intensivement sur ce sujet passionnant. Un mois que j’écris sur chaque découverte ou inspiration. Ce fut un mois intense et passionnant. Merci à celles et ceux qui ont pris le temps de me lire et d’écrire un commentaire, que ce soit pour m’encourager ou confronter leurs opinions. Certains sont plus en avance que moi sur le sujet et m’ont apporté leur contribution pour enrichir ce blog.

Je vais continuer à apprendre et à écrire ici au fil de mon chemin. De manière moins soutenue et peut-être un contenu un peu différent parfois. J’aimerais mettre en application ce que j’ai appris. Peut-être en commençant par l’analyse de sites web, décortiquer ensemble les choix de design et les confronter à mes récentes connaissances en éco-conception. Tout n’est pas encore décidé, d’ailleurs si vous avez des idées ou des choses que vous aimeriez voir ici, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaires.

Bilan du défi “avance rapide”

Voici un bilan de ces 30 jours d’apprentissage intensif, défi que j’avais baptisé “avance rapide” (ici l’article sur le lancement du défi).

Articles publiés

J’ai lu des dizaines et des dizaines d’articles sur le sujet, participé à deux conférences et lu également deux livres pour lesquels j’ai mis le lien des chroniques un peu plus bas. J’ai découvert de nombreuses statistiques dont certaines qui m’ont beaucoup choquée et que j’ai regroupées ici. J’ai publié 29 articles (en excluant les articles sur le lancement et le bilan du défi que vous êtes en train de lire), un mélange entre apprentissage théorique, bonnes pratiques concrètes et inspirations. Je vous remets les liens de chaque article ci-dessous, classés par catégorie.

7 articles “Comprendre” 15 articles “Agir” 5 articles “Inspirations” 2 articles “Lectures” Actions mises en place sur le blog

Au fil de mon apprentissage, j’ai également appliqué concrètement certaines actions sur le blog :

– non utilisation du blanc dans le design du blog (le blanc est la couleur la plus consommatrice en terme d’énergie)

– application de la méthode Marie Kondo, par exemple en utilisant des images uniquement lorsqu’elles servent à la compréhension

– optimisation des images avec ImageOptim (40 % de réduction de poids en moyenne)

– mise en place d’un CDN pour réduire la distance à parcourir pour chaque requête (une bonne pratique dont je n’ai pas encore parlé mais j’y dédierai un article prochainement)

– j’essaie de rédiger des titres clairs pour éviter les mauvaises surprises et des chargements de page inutiles

Pour le moment, le score obtenu pour la page d’accueil du blog (www.webdesignfortheplanet.com) est plutôt satisfaisant. J’espère le maintenir dans le futur :-)

En conclusion

J’espère que vous avez appris aussi et que certains articles vous ont interpellés, fait prendre conscience de l’impact de nos choix UX ou UI notamment dans la construction de nos sites web et, pourquoi pas, carrément donné envie de changer les choses dans nos métiers du numérique. N’hésitez pas à partager vos ressentis avec moi sur tout ça, ça m’intéresse de vous lire  :-)

J’ai encore beaucoup à apprendre sur ce sujet, je vais continuer à creuser, lire, analyser et expérimenter à mon rythme. Si vous avez des recommandations ou des suggestions de sujets que vous aimeriez que je creuse, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaires de cet article.

Khrys’presso du lundi 19 avril 2021

lun, 19/04/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial Assange Spécial France Spécial média et pouvoir
  • BFM et “l’affaire est close” : Duhamel s’explique (arretsurimages.net)

    Et voilà donc comment Duhamel, absous par cette chaîne qui n’en finit pas de décréter que “l’affaire est close”, va pouvoir continuer, sur BFM, de s’inquiéter des collégiens sans masque qu’il croise dans la rue, de la “transgression grave” du carnaval de Marseille, ou de considérer (le 6 avril dernier, après son déjeuner clandestin, donc) que les repas clandestins sont un “épiphénomène”. Voilà comment la nomenklatura s’auto-absout, en direct, sous vos yeux éblouis.

  • David Pujadas et LCI s’impatientent de la disparition des fonctionnaires (telerama.fr)

    « Les fonctionnaires eux-mêmes sont pénalisés par ce système archaïque, par le système d’indice qui est gelé. » Ils se pénalisent eux-mêmes à rester fonctionnaires. « Y a pas forcément de gains pour les fonctionnaires dans ce système. » Ils devraient tous démissionner pour devenir contractuels et obtenir le gain d’être payés 27 % de moins.

Spécial loi de Sécurité globale Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, sexisme, racisme, violences policières…
  • Aurélien Taché : « Le préfet Lallement devrait partir pour le bien de la démocratie » (humanite.fr)

    les entraves à la démocratie, et notamment aux droits des parlementaires de pouvoir circuler librement, sont trop nombreuses en ce moment. Ces empêchements sont souvent le fruit d’un seul homme : Didier Lallement. […] la préfecture de Paris est sans cesse condamnée par la justice et le préfet est quand même maintenu. On dit que la France est un État de droits mais ça devient discutable.

  • Une information judiciaire pour « violences volontaires » ouverte après les blessures d’un photoreporter syrien à Paris (lemonde.fr)

    Les faits concernés remontent au 28 novembre 2020 : à l’occasion d’une manifestation contre la loi relative à la sécurité globale, Ameer Al-Halbi avait reçu un coup de bâton télescopique en plein visage alors qu’il couvrait les affrontements entre une partie des manifestants et les forces de l’ordre

  • « Ils m’ont pris ma main ! » (cqfd-journal.org)

    Un jour, possiblement, vous croiserez dans la rue un homme à une seule main. Et si vous osez lui demander ce qui lui est arrivé, il vous répondra peut- être : « C’est parce que je suis allé manifester pour la hausse du Smic. » La répression du mouvement des Gilets jaunes a été un carnage humain. Des centaines de blessures à la tête, des dizaines d’éborgnements, au moins un décès. Des corps de crève-la-dalle, ça n’a jamais valu grand-chose aux yeux d’un pouvoir aux abois. […] Dans Cinq mains coupées, Sophie Divry donne la parole à autant de manifestants ayant perdu une main dans l’explosion d’une grenade Gli-F4. Quand l’Histoire fera le procès de la Macronie, ce livre figurera en bonne place au rayon des pièces à conviction.

Spécial Résistance(s) Soutenir Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine
  • Atlas of AI (internetactu.net)

    Pour Crawford, l’IA est « à la fois une idée, une infrastructure, une industrie, une forme d’exercice du pouvoir et une façon de voir » (pour ne pas dire une idéologie)… Elle est aussi une manifestation très organisée du capital renforcée par de vastes systèmes d’extraction et de logistique, avec des chaînes d’approvisionnement qui couvrent la planète entière. Elle n’est pas une simple technologie. Elle est un objectif.

  • Pourquoi est-il important d’avoir une égalité femmes-hommes dans le monde de l’IA ? (theconversation.com)

    Alors que dans l’industrie et dans l’armée les robots portent plutôt des noms masculins (Syrano, Barakuda), les IA de type « assistant personnel », comme les GPS, parées d’attributs féminins, rendent service, sont à l’écoute, répondent poliment. Y aurait-il un lien entre ces représentations stéréotypées et le manque d’égalité aujourd’hui dans le secteur de l’IA ?

  • Les robots féminins sont les plus humains. Pourquoi ? (theconversation.com)

    Les femmes sont perçues comme plus humaines que les hommes, globalement et par rapport aux entités non humaines.[…]Alors que les robots féminins sont perçus comme plus humains que les robots masculins sur la plupart des mesures d’humanité perçue, nos résultats montrent que les robots masculins sont perçus comme plus humains (que les robots féminins) sur certaines qualités humaines négatives.

  • May Picquerray, la réfractaire – Autobiographie d’une anarchiste (lundi.am)

    Née en 1898, morte en 1983, May Piqueray a traversé le XXe siècle animée par la révolte. Refusant de serrer la main de Trotski ou fabriquant des faux papiers jusque dans les bureaux des autorités de Vichy, côtoyant Makhno, Emma Goldman, Marius Jacob, elle ne cessera de lutter, réfractaire à toutes les injustices.

  • L’Histoire à l’Endroit (zist.co) « L’histoire est écrite par les vainqueurs. »
  • Sur la pandémie actuelle, d’après le point de vue d’Ivan Illich (lundi.am)
  • Casser la propagation du COVID : quelle est la stratégie optimale ? (ird.fr)
  • Comprendre l’enjeu des “cookie walls” (open-freax.fr)
  • Cryptocurrencies and NFTs are an absolute disaster (everestpipkin.medium.com)
  • Free Software Foundation and RMS issue statements on Stallman’s return (arstechnica.com)
  • Le néolibéralisme est-il mauvais pour la santé ? (theconversation.com)

    la caractéristique principale du néolibéralisme est, non pas l’idéal concurrentiel comme logique supérieure de régulation du monde social mais, plus encore, l’idée que cette concurrence doit être produite par l’État. Dès lors, « la croissance est la raison d’État de l’État ». Cela conduit alors à la diffusion progressive de la logique concurrentielle jusqu’à la gestion des affaires publiques ainsi qu’à un renforcement des autoritarismes. […] « À l’État de droit (rule of law) est ainsi substitué le marché du droit (law shopping), en sorte que le droit se trouve placé sous l’égide d’un calcul d’utilité, au lieu que le calcul économique soit placé sous l’égide du droit. »

  • La livraison rapide, ou comment le capitalisme a fait de nous des bourreaux capricieux (frustrationmagazine.fr)

    On ne dit plus « achat », mais « expérience ». A juste titre : à chaque fois que nous effectuons un achat en ligne avec livraison rapide, nous expérimentons et nous faisons expérimenter à autrui la violence et l’absurdité du système capitaliste. […] Quand on est cadre sup’ en France, on s’inquiète de plus en plus de son empreinte carbone et de moins en moins de son empreinte connard.

  • À quoi est due la fatigue oculaire et comment l’éviter ? (theconversation.com)
Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Khrys’presso du lundi 12 avril 2021

lun, 12/04/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, sexisme, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s)
  • En France, un #MeToo différé rattrape une série d’hommes de pouvoir (nytimes.com)

    À ses débuts, #MeToo a été qualifié de produit du puritanisme. Aujourd’hui, une succession de célébrités françaises sont accusées d’abus sexuels – “le premier vrai ébranlement” de l’ancien ordre patriarcal ?

  • Féministes, nous luttons contre la répression d’État (blogs.mediapart.fr)

    Le 8 décembre dernier, sept personnes ont été arrêtées et mises en examen pour association de malfaiteur terroriste « en vue d’attaques contre les forces de l’ordre ». Seulement, de l’aveu même des services de police et/ou du parquet qui ont fait fuiter des morceaux de l’affaire dans la presse, aucun projet concret d’« attentat » ne leur est pourtant attribué.

  • Immigration. Cinq préfectures assignées en justice (humanite.fr)

    Dans de nombreux départements, il est devenu impossible de faire une demande de titre de séjour sans avoir à prendre un rendez-vous par Internet. […] Problème : les plannings préfectoraux sont régulièrement saturés. […] Au prétexte de « simplifier » les démarches administratives, les préfectures se transforment finalement en véritables machines à fabriquer des sans-papiers.

  • Restaurants clandestins : ne moralisons pas la bourgeoisie, mangeons-la (frustrationmagazine.fr)

    Le point commun de tous ces gens ? Ils sont ceux qui dirigent la politique sanitaire de la France et la légitiment. Ils donnent des leçons à la terre entière, mettent en œuvre les mesures liberticides que nous connaissons, accusent régulièrement les gens de « se relâcher »…

  • Le travail social dans une grève reconductible inédite (rapportsdeforce.fr)

    Trois jours de grève : du jamais-vu, depuis des années, dans le secteur éclaté du social et du médico-social. […] Exclus du Ségur, en première ligne face à la crise sanitaire, ils revendiquent davantage de moyens, font converger les luttes, et espèrent une montée en puissance de l’union entre collectifs et syndicats.

Soutenir Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine
  • Définancer la technologie ? (internetactu.net)
  • Le startupisme triomphant face à sa critique (maisouvaleweb.fr)
  • Se souvenir : Opération Résiliation, par Frédéric Lordon, 31 mars 2020 (blog.mondediplo.net)
  • Critique de la raison gorafique (blog.mondediplo.net)

    À quoi reconnaît-on le gorafique ? À ce qu’il nous fait entrer dans une zone d’indistinction. Il y a du gorafique chaque fois que, confronté à une déclaration politique, on n’est plus en état de déterminer si elle est réelle ou grossièrement contrefaite à des fins d’épaisse caricature. Le gorafique est donc bien une histoire de réalité et de fiction, plus précisément de réalité désormais systématiquement en avance de la fiction […] La nouveauté du temps macronien, abondamment documentée dans tous les registres de sa présence, c’est la chute définitive de toutes les censures, le règne écrasant de ses évidences. Jusqu’à récemment encore, les bourgeois faisaient quelques efforts pour cacher leurs déjections de pensée. Cool de la start-up nation aidant, on n’a plus honte de rien.[…] Le macronisme est un gorafisme.

  • Le blues du Gorafi (arretsurimages.net)
  • Les actrices meurent toujours jeunes (crepegeorgette.com – article de 2017)
Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Khrys’presso du lundi 5 avril 2021

lun, 05/04/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial montée du fascisme, répression, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s) Soutenir Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine
  • Enjeux éthiques soulevés par la vaccination contre le Covid-19 (ccne-ethique.fr)
  • L’amnésie d’Etat sur la dette publique (liberation.fr)

    L’histoire de France regorge d’épisodes durant lesquelles l’Etat a utilisé différentes méthodes pour régler, et annuler, sa dette publique. Face à la crise sanitaire, s’en souvenir pourrait être utile au gouvernement.

  • Vive le « risque systémique » ! (monde-diplomatique.fr)

    Les États-Unis viennent […] d’adopter une des lois les plus sociales de leur histoire. Elle s’écarte des stratégies économiques mises en œuvre ces dernières décennies, qui ont favorisé les revenus du capital — « startupeurs » et rentiers mêlés — et accru le décrochage des classes populaires. Elle rompt avec des politiques publiques hantées par la crainte d’une reprise de l’inflation et d’une flambée de l’endettement. Elle ne cherche plus à amadouer les néolibéraux et leurs bailleurs de fonds avec des baisses d’impôts dont le produit atterrit souvent en Bourse et gonfle la bulle financière.

  • Capitalo·techno·craties : 50 nuances de surveillance (khrys.eu.org)
  • Santé et environnement : mieux prendre en compte l(a vulnérabilité d)es populations féminines (theconversation.com)
  • Le handicap dans la cité (laviedesidees.fr)
  • Internet, année zéro – De la Silicon Valley à la Chine (lundi.am)
  • Et puis un jour, j’ai perdu la foi – « Je suis rentrée dans ma classe et ai demandé à la cantonade comment ils allaient. Pas de réponse. J’ai répété. Pas de réponse. » (lundi.am)

    Il faut comprendre que depuis le COVID, le gouvernement demande aux élèves toujours plus et donne de moins en moins. Déjà l’année dernière, on a dû continuer de faire croire à cette mascarade de bac de français presque jusqu’à la fin. […] Il a fallu, dans toute cette angoisse, dans toute la terreur de la pandémie, continuer à faire peser le poids de l’institution. La grande, la gigantesque, la terrible institution qui décide de qui réussira et de qui échouera […] Des gens meurent, des familles se désunissent, des adolescents tombent en dépression, mais tout doit rester normal. C’est-à-dire que tout le monde doit rester soumis au grand ordre du monde : les élèves doivent lire La Princesse de Clèves parce que c’est plus important que de s’arrêter et de penser le monde d’après. Et puisque l’institution ne pense pas et ne ressent pas, ce sont les profs qui nettoient le grand massacre. Ce sont les profs qui reçoivent les élèves au téléphone pour essayer de leur expliquer que c’est normal d’avoir de l’eczéma en cette période. C’est normal d’être mutilé par le système. C’est normal aussi de mentir et de faire croire aux parents désoeuvrés que leurs enfants ont un avenir alors qu’on ne sait pas ce qu’est l’avenir. Tout s’effondre mais l’institution décide que ce n’est rien. Tout est normal.

  • Et ZOOM alors !
  • La honte (ledevoir.com)

    La honte. C’est par la honte, et souvent par la violence envers les enfants, que le français est devenu la langue de la République. Le projet linguistique républicain est donc fondamentalement un projet disciplinaire. Il faut parler le français, le bon, le patriotique, le beau, l’exact, le supérieur, le vrai, le pur. Une liste de notions qui, faut-il le spécifier, n’ont d’assises dans aucune science du langage. Les dogmatiques les plus orthodoxes de la langue française n’ont souvent (nécessairement) aucune notion de sociolinguistique.

  • Le point médian m’a tué⋅e : Framasoft met la clef sous la porte (framablog.org)
  • L’ingrédient secret qui donne si bon goût au chocolat : des microbes fermenteurs (theconversation.com)
Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Le point médian m’a tué⋅e : Framasoft met la clef sous la porte

jeu, 01/04/2021 - 08:15

La rumeur courait depuis quelque temps et c’est maintenant confirmé : l’association d’éducation populaire Framasoft dépose le bilan. En cause ? L’effondrement catastrophique du montant des dons au cours des derniers mois, effondrement principalement imputable à un curieux symbole typographique.

Cela fait de nombreuses années maintenant que l’on peut trouver des formes de ce que l’on appelle « l’écriture inclusive » dans les communications de Framasoft. La forme la plus visible de cette écriture est le fameux « point médian » qui permet de détailler les genres lorsqu’un mot inclut des personnes indéterminées (et au genre, par conséquent, indéterminé également). Sauf que voilà, ce point médian est loin de faire l’unanimité. Nous avons rencontré Jean-Mi, président des Promoteurs de l’Écriture Non-Inclusive Systématique (PENIS), en croisade contre le point médian depuis 2017.

« Je crois qu’on ait avant tous des défenseur de la belle langue Francaise » nous écrit Jean-Mi dans un premier mail de contact. « Le point médian agresse l’œil, on a constaté une explosion des frais d’ophtalmologie chez les lecteurs du Framablog ces dernières années, il fallait réagir. » Un problème de santé publique ? Jean-Mi nous répond sans détour :

À 200 %. Les anecdotes se comptent par dizaines. Tu vas lire pépouze un article sur le développement de PeerTube et PAF ! Une saloperie de point médian qui surgit plus furtivement qu’un Rattata dans les hautes herbes. La dernière fois, ça m’a fait un haut-le-cœur, j’en ai dégueulé tout mon dîner sur le clavier, 30€ de dégâts. Mon pote Dédé, l’autre jour, sur l’article sur Mobilizon, il était tout prêt à changer le monde, tout ça, et PAF ! Il retrouve de la propagande de connasse de féministe sur un bon vieux blog de tech où on devrait pourtant pouvoir faire de l’entre-couilles en paix. Deux mois de thérapie pour s’en remettre, qu’il lui a fallu, au Dédé. Ils y pensent, à ça, les framaguignols qui pondent du point médian au kilomètre sans respect pour nos petits cœurs fragiles ?

Jean-Mi et Dédé, chevaliers de la liberté et des belles lettres, n’ont jamais caché leur dégoût pour cet odieux symbole typographique et commentent systématiquement les articles incriminés sur le Framablog. Pouhiou, chargé de communication de Framasoft contacté par nos soins, soupire :

Tu bosses comme un fou pour faire des articles bien écrits, avec un ton agréable, tu mets du soin, du cœur à l’ouvrage, et là tu vois le premier commentaire : une remarque insultante sur le point médian. T’as fait 15 000 caractères aux petits oignons et on vient te casser les gonades parce qu’il y en a 3 qui plaisent pas. C’est fatigant.

Les PENIS restent inflexibles :

Si ça le fatigue, qu’il arrête ! Nous aussi ça nous fatigue, leurs conneries, sauf que nous, c’est nous qu’on a raison ! La langue française, y’a des fucking règles, tu les respectes ! #JeSuisAcademieFrancaise

Sauf que cette fois, l’intransigeance a pris un autre détour : le boycott de dons. Jean-Mi nous raconte, ému, la genèse de ce mode d’action :

C’est Dédé qu’a eu l’idée. Un jour je l’ai vu tweeter :

J’me suis dit : putain mais c’est du génie !

Depuis, à chaque article point-médiané, Jean-Mi et Dédé soulignent que Framasoft a perdu un donateur :

Bon okay, on n’avait jamais fait de don avant, mais n’empêche qu’on aurait très bien pu en faire un dans un futur hypothermique ! EH BAH NON. Tout cet argent perdu par Framasoft pour une bête lubie féminazie, c’est triste. Mais c’est bien fait pour eux.

L’association, longtemps restée sourde à ces avertissements, paie aujourd’hui lourdement l’addition : le boycott massif du point médian a mené à un écroulement des dons, et ceux-ci ne suffisent plus à rémunérer les salarié⋅e⋅s. Triste retour à la réalité : Framasoft met aujourd’hui la clef sous la porte. « Ça leur pendait au nez » commente Jean-Mi « et à toi aussi, sale petite merde journalope qui vient d’écrire salarié⋅e⋅s, tu crois que je t’ai pas vu ? ! »

Les PENIS se dressent aussi pour la belle langue française à l’Assemblée Nationale (rigolez pas, c’est avec votre pognon)

C’est un triste jour pour l’association qui s’était rendue célèbre par son annuaire de logiciels, ses livres libres, ses services autour du projet Dégooglisons Internet et, plus récemment, par l’initiative Contributopia visant à outiller la société de la contribution. Pierre-Yves Gosset, salarié historique de Framasoft, commente : « ça me fait vraiment mal qu’un truc aussi beau finisse comme ça à cause d’une bande de déglingués de la typo. Ça traite tout le monde de fragile et ça pète une bielle pour trois pixels. » Amer, il arrive malgré tout à en rire : « Enfin au moins, maintenant on sait comment flinguer Google : suffit de leur faire adopter le point médian. »

L’aventure s’arrête donc ici pour l’asso qui avait pour ambition de dégoogliser Internet mais n’aura pas su dépointmédianiser son propre blog. Le jeu en aura-t-il valu la chandelle ? C’est Luc, ancien admin-sys de Framasoft croisé au comptoir de Pôle Emploi, qui conclut : « y’a des poings médians dans la gueule qui se perdent. »

Khrys’presso du lundi 29 mars 2021

lun, 29/03/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir Spécial (casse de l’)Éducation Nationale Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial montée du fascisme, répression, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s) Soutenir Spécial RMS Spécial GAFAM et cie Spécial NFT et cie
  • Deux mots sur les NFT (bortzmeyer.org)

    Mais comment peut-on transformer un fichier numérique en un truc unique et non copiable ? Je vous le dis tout de suite, on ne peut pas. C’est en fait le NFT dont on peut « prouver » le propriétaire (et l’unicité), pas l’œuvre d’art elle-même.

  • NFT : l’original et l’acopie (affordance.info)

    Pour le dire de manière un peu ramassée […] à l’échelle de l’adolescence, l’élément désirable du groupe était il y a 30 ans celui ou celle qui disposait de biens culturels copiables ; il est aujourd’hui celui ou celle qui dispose de codes Netflix partageables.[…] L’acopie ce serait alors l’antonyme de la copie. […] la possibilité de la jouissance dudit bien […] en en abolissant toute possibilité d’utilisation ou de réutilisation réellement privative. […] Les NFT c’est une étape supplémentaire dans cette gradation qui nous mena, en quelques dizaines d’années (1990-2020), d’un monde numérique où tout était copiable mais où plus rien n’avait besoin d’être copié pour être lu ou partagé (un lien suffisait), jusqu’à un monde numérique dans lequel la tendance est de trouver toujours davantage de moyens pour d’une part empêcher, limiter et entraver les copies à usage privé, et d’autre part, projeter sur la part commune de chaque bien la possibilité d’une appropriation marchande exclusive.

  • The Most Important Scarce Resource is Legitimacy (vitalik.ca)
Les autres lectures de la semaine Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Google chante le requiem pour les cookies, mais le grand chœur du pistage résonnera encore

lun, 22/03/2021 - 11:10

Google va cesser de nous pister avec des cookies tiers ! Une bonne nouvelle, oui mais… Regardons le projet d’un peu plus près avec un article de l’EFF.

La presse en ligne s’en est fait largement l’écho : par exemple siecledigital, generation-nt ou lemonde. Et de nombreux articles citent un éminent responsable du tout-puissant Google :

Chrome a annoncé son intention de supprimer la prise en charge des cookies tiers et que nous avons travaillé avec l’ensemble du secteur sur le Privacy Sandbox afin de mettre au point des innovations qui protègent l’anonymat tout en fournissant des résultats aux annonceurs et aux éditeurs. Malgré cela, nous continuons à recevoir des questions pour savoir si Google va rejoindre d’autres acteurs du secteur des technologies publicitaires qui prévoient de remplacer les cookies tiers par d’autres identifiants de niveau utilisateur. Aujourd’hui, nous précisons qu’une fois les cookies tiers supprimés, nous ne créerons pas d’identifiants alternatifs pour suivre les individus lors de leur navigation sur le Web et nous ne les utiliserons pas dans nos produits.

David Temkin, Director of Product Management, Ads Privacy and Trust (source)

« Pas d’identifiants alternatifs » voilà de quoi nous réjouir : serait-ce la fin d’une époque ?

Comme d’habitude avec Google, il faut se demander où est l’arnaque lucrative. Car il semble bien que le Béhémoth du numérique n’ait pas du tout renoncé à son modèle économique qui est la vente de publicité.

Dans cet article de l’Electronic Frontier Foundation, que vous a traduit l’équipe de Framalang, il va être question d’un projet déjà entamé de Google dont l’acronyme est FLoC, c’est-à-dire Federated Learning of Cohorts. Vous le trouverez ici traduit AFC pour « Apprentissage Fédéré de Cohorte » (voir l’article de Wikipédia Apprentissage fédéré).

Pour l’essentiel, ce dispositif donnerait au navigateur Chrome la possibilité de créer des groupes de milliers d’utilisateurs ayant des habitudes de navigation similaires et permettrait aux annonceurs de cibler ces « cohortes ».

Article original sur le blog de l’Electronic Frontier Foundation : Google’s FLoC is a terrible idea.

Traduction Framalang : amostra, audionuma, Fabrice, goofy, jums, Mannik, mo, amostra, serici, Wisi_eu

Le FLoC de Google est une très mauvaise idée par Bennett Cyphers

Les cookies tiers se meurent, mais Google essaie de créer leur remplaçant.

Personne ne devrait pleurer la disparition des cookies tels que nous les connaissons aujourd’hui. Pendant plus de deux décennies, les cookies tiers ont été la pierre angulaire d’une obscure et sordide industrie de surveillance publicitaire sur le Web, brassant plusieurs milliards de dollars ; l’abandon progressif des cookies de pistage et autres identifiants tiers persistants tarde à arriver. Néanmoins, si les bases de l’industrie publicitaire évoluent, ses acteurs les plus importants sont déterminés à retomber sur leurs pieds.

Google veut être en première ligne pour remplacer les cookies tiers par un ensemble de technologies permettant de diffuser des annonces ciblées sur Internet. Et certaines de ses propositions laissent penser que les critiques envers le capitalisme de surveillance n’ont pas été entendues. Cet article se concentrera sur l’une de ces propositions : l’Apprentissage Fédéré de Cohorte (AFC, ou FLoC en anglais), qui est peut-être la plus ambitieuse – et potentiellement la plus dangereuse de toutes.

L’AFC est conçu comme une nouvelle manière pour votre navigateur d’établir votre profil, ce que les pisteurs tiers faisaient jusqu’à maintenant, c’est-à-dire en retravaillant votre historique de navigation récent pour le traduire en une catégorie comportementale qui sera ensuite partagée avec les sites web et les annonceurs. Cette technologie permettra d’éviter les risques sur la vie privée que posent les cookies tiers, mais elle en créera de nouveaux par la même occasion. Une solution qui peut également exacerber les pires attaques sur la vie privée posées par les publicités comportementales, comme une discrimination accrue et un ciblage prédateur.

La réponse de Google aux défenseurs de la vie privée a été de prétendre que le monde de demain avec l’AFC (et d’autres composants inclus dans le « bac à sable de la vie privée » sera meilleur que celui d’aujourd’hui, dans lequel les marchands de données et les géants de la tech pistent et profilent en toute impunité. Mais cette perspective attractive repose sur le présupposé fallacieux que nous devrions choisir entre « le pistage à l’ancienne » et le « nouveau pistage ». Au lieu de réinventer la roue à espionner la vie privée, ne pourrait-on pas imaginer un monde meilleur débarrassé des problèmes surabondants de la publicité ciblée ?

Nous sommes à la croisée des chemins. L’ère des cookies tiers, peut-être la plus grande erreur du Web, est derrière nous et deux futurs possibles nous attendent.

Dans l’un d’entre eux, c’est aux utilisateurs et utilisatrices que revient le choix des informations à partager avec chacun des sites avec lesquels il ou elle interagit. Plus besoin de s’inquiéter du fait que notre historique de navigation puisse être utilisé contre nous-mêmes, ou employé pour nous manipuler, lors de l’ouverture d’un nouvel onglet.

Dans l’autre, le comportement de chacune et chacun est répercuté de site en site, au moyen d’une étiquette, invisible à première vue mais riche de significations pour celles et ceux qui y ont accès. L’historique de navigation récent, concentré en quelques bits, est « démocratisé » et partagé avec les dizaines d’interprètes anonymes qui sont partie prenante des pages web. Les utilisatrices et utilisateurs commencent chaque interaction avec une confession : voici ce que j’ai fait cette semaine, tenez-en compte.

Les utilisatrices et les personnes engagées dans la défense des droits numériques doivent rejeter l’AFC et les autres tentatives malvenues de réinventer le ciblage comportemental. Nous exhortons Google à abandonner cette pratique et à orienter ses efforts vers la construction d’un Web réellement favorable aux utilisateurs.

Qu’est-ce que l’AFC ?

En 2019, Google présentait son bac à sable de la vie privée qui correspond à sa vision du futur de la confidentialité sur le Web. Le point central de ce projet est un ensemble de protocoles, dépourvus de cookies, conçus pour couvrir la multitude de cas d’usage que les cookies tiers fournissent actuellement aux annonceurs. Google a soumis ses propositions au W3C, l’organisme qui forge les normes du Web, où elles ont été principalement examinées par le groupe de commerce publicitaire sur le Web, un organisme essentiellement composé de marchands de technologie publicitaire. Dans les mois qui ont suivi, Google et d’autres publicitaires ont proposé des dizaines de standards techniques portant des noms d’oiseaux : pigeon, tourterelle, moineau, cygne, francolin, pélican, perroquet… et ainsi de suite ; c’est très sérieux ! Chacune de ces propositions aviaires a pour objectif de remplacer différentes fonctionnalités de l’écosystème publicitaire qui sont pour l’instant assurées par les cookies.

L’AFC est conçu pour aider les annonceurs à améliorer le ciblage comportemental sans l’aide des cookies tiers. Un navigateur ayant ce système activé collecterait les informations sur les habitudes de navigation de son utilisatrice et les utiliserait pour les affecter à une « cohorte » ou à un groupe. Les utilisateurs qui ont des habitudes de navigations similaires – reste à définir le mot « similaire » – seront regroupés dans une même cohorte. Chaque navigateur partagera un identifiant de cohorte, indiquant le groupe d’appartenance, avec les sites web et les annonceurs. D’après la proposition, chaque cohorte devrait contenir au moins plusieurs milliers d’utilisatrices et utilisateurs (ce n’est cependant pas une garantie).

Si cela vous semble complexe, imaginez ceci : votre identifiant AFC sera comme un court résumé de votre activité récente sur le Web.

La démonstration de faisabilité de Google utilisait les noms de domaines des sites visités comme base pour grouper les personnes. Puis un algorithme du nom de SimHash permettait de créer les groupes. Il peut tourner localement sur la machine de tout un chacun, il n’y a donc pas besoin d’un serveur central qui collecte les données comportementales. Toutefois, un serveur administrateur central pourrait jouer un rôle dans la mise en œuvre des garanties de confidentialité. Afin d’éviter qu’une cohorte soit trop petite (c’est à dire trop caractéristique), Google propose qu’un acteur central puisse compter le nombre de personnes dans chaque cohorte. Si certaines sont trop petites, elles pourront être fusionnées avec d’autres cohortes similaires, jusqu’à ce qu’elles représentent suffisamment d’utilisateurs.

Pour que l’AFC soit utile aux publicitaires, une cohorte d’utilisateurs ou utilisatrices devra forcément dévoiler des informations sur leur comportement.

Selon la proposition formulée par Google, la plupart des spécifications sont déjà dans à l’étude. Le projet de spécification prévoit que l’identification d’une cohorte sera accessible via JavaScript, mais on ne peut pas savoir clairement s’il y aura des restrictions, qui pourra y accéder ou si l’identifiant de l’utilisateur sera partagé par d’autres moyens. L’AFC pourra constituer des groupes basés sur l’URL ou le contenu d’une page au lieu des noms domaines ; également utiliser une synergie de « système apprentissage » (comme le sous-entend l’appellation AFC) afin de créer des regroupements plutôt que de se baser sur l’algorithme de SimHash. Le nombre total de cohortes possibles n’est pas clair non plus. Le test de Google utilise une cohorte d’utilisateurs avec des identifiants sur 8 bits, ce qui suppose qu’il devrait y avoir une limite de 256 cohortes possibles. En pratique, ce nombre pourrait être bien supérieur ; c’est ce que suggère la documentation en évoquant une « cohorte d’utilisateurs en 16 bits comprenant 4 caractères hexadécimaux ». Plus les cohortes seront nombreuses, plus elles seront spécialisées – plus les identifiants de cohortes seront longs, plus les annonceurs en apprendront sur les intérêts de chaque utilisatrice et auront de facilité pour cibler leur empreinte numérique.

Mais si l’un des points est déjà clair c’est le facteur temps. Les cohortes AFC seront réévaluées chaque semaine, en utilisant chaque fois les données recueillies lors de la navigation de la semaine précédente.
Ceci rendra les cohortes d’utilisateurs moins utiles comme identifiants à long terme, mais les rendra plus intrusives sur les comportements des utilisatrices dans la durée.

De nouvelles problèmes pour la vie privée.

L’AFC fait partie d’un ensemble qui a pour but d’apporter de la publicité ciblée dans un futur où la vie privée serait préservée. Cependant la conception même de cette technique implique le partage de nouvelles données avec les annonceurs. Sans surprise, ceci crée et ajoute des risques concernant la donnée privée.

Le Traçage par reconnaissance d’ID.

Le premier enjeu, c’est le pistage des navigateurs, une pratique qui consiste à collecter de multiples données distinctes afin de créer un identifiant unique, personnalisé et stable lié à un navigateur en particulier. Le projet Cover Your Tracks (Masquer Vos Traces) de l’Electronic Frontier Foundation (EFF) https://www.eff.org/deeplinks/2020/11/introducing-cover-your-tracks montre comment ce procédé fonctionne : pour faire simple, plus votre navigateur paraît se comporter ou agir différemment des autres, plus il est facile d’en identifier l’empreinte unique.

Google a promis que la grande majorité des cohortes AFC comprendrait chacune des milliers d’utilisatrices, et qu’ainsi on ne pourra vous distinguer parmi le millier de personnes qui vous ressemblent. Mais rien que cela offre un avantage évident aux pisteurs. Si un pistage commence avec votre cohorte, il doit seulement identifier votre navigateur parmi le millier d’autres (au lieu de plusieurs centaines de millions). En termes de théorie de l’information, les cohortes contiendront quelques bits d’entropie jusqu’à 8, selon la preuve de faisabilité. Cette information est d’autant plus éloquente sachant qu’il est peu probable qu’elle soit corrélée avec d’autres informations exposées par le navigateur. Cela va rendre la tâche encore plus facile aux traqueurs de rassembler une empreinte unique pour les utilisateurs de l’AFC.

Google a admis que c’est un défi et s’est engagé à le résoudre dans le cadre d’un plan plus large, le « Budget vie privée »  qui doit régler le problème du pistage par l’empreinte numérique sur le long terme. Un but admirable en soi, et une proposition qui va dans le bon sens ! Mais selon la Foire Aux Questions, le plan est « une première proposition, et n’a pas encore d’implémentation dans un navigateur ». En attendant, Google a commencé à tester l’AFC dès ce mois de mars.

Le pistage par l’empreinte numérique est évidemment difficile à arrêter. Des navigateurs comme Safari et Tor se sont engagés dans une longue bataille d’usure contre les pisteurs, sacrifiant une grande partie de leurs fonctionnalités afin de réduire la surface des attaques par traçage. La limitation du pistage implique généralement des coupes ou des restrictions sur certaines sources d’entropie non nécessaires. Il ne faut pas que Google crée de nouveaux risques d’être tracé tant que les problèmes liés aux risques existants subsistent.

L’exposition croisée

Un second problème est moins facile à expliquer : la technologie va partager de nouvelles données personnelles avec des pisteurs qui peuvent déjà identifier des utilisatrices. Pour que l’AFC soit utile aux publicitaires, une cohorte devra nécessairement dévoiler des informations comportementales.

La page Github du projet aborde ce sujet de manière très directe :

Cette API démocratise les accès à certaines informations sur l’historique de navigation général des personnes (et, de fait, leurs intérêts principaux) à tous les sites qui le demandent… Les sites qui connaissent les Données à Caractère Personnel (c’est-à-dire lorsqu’une personne s’authentifie avec son adresse courriel) peuvent enregistrer et exposer leur cohorte. Cela implique que les informations sur les intérêts individuels peuvent éventuellement être rendues publiques.

Comme décrit précédemment, les cohortes AFC ne devraient pas fonctionner en tant qu’identifiant intrinsèque. Cependant, toute entreprise capable d’identifier un utilisateur d’une manière ou d’une autre – par exemple en offrant les services « identifiez-vous via Google » à différents sites internet – seront à même de relier les informations qu’elle apprend de l’AFC avec le profil de l’utilisateur.

Deux catégories d’informations peuvent alors être exposées :

1. Des informations précises sur l’historique de navigation. Les pisteurs pourraient mettre en place une rétro-ingénierie sur l’algorithme d’assignation des cohortes pour savoir si une utilisatrice qui appartient à une cohorte spécifique a probablement ou certainement visité des sites spécifiques.
2. Des informations générales relatives à la démographie ou aux centres d’intérêts. Par exemple, une cohorte particulière pourrait sur-représenter des personnes jeunes, de sexe féminin, ou noires ; une autre cohorte des personnes d’âge moyen votant Républicain ; une troisième des jeunes LGBTQ+, etc.

Cela veut dire que chaque site que vous visitez se fera une bonne idée de quel type de personne vous êtes dès le premier contact avec ledit site, sans avoir à se donner la peine de vous suivre sur le Net. De plus, comme votre cohorte sera mise à jour au cours du temps, les sites sur lesquels vous êtes identifié⋅e⋅s pourront aussi suivre l’évolution des changements de votre navigation. Souvenez-vous, une cohorte AFC n’est ni plus ni moins qu’un résumé de votre activité récente de navigation.

Vous devriez pourtant avoir le droit de présenter différents aspects de votre identité dans différents contextes. Si vous visitez un site pour des informations médicales, vous pourriez lui confiance en ce qui concerne les informations sur votre santé, mais il n’y a pas de raison qu’il ait besoin de connaître votre orientation politique. De même, si vous visitez un site de vente au détail, ce dernier n’a pas besoin de savoir si vous vous êtes renseigné récemment sur un traitement pour la dépression. L’AFC érode la séparation des contextes et, au contraire, présente le même résumé comportemental à tous ceux avec qui vous interagissez.

Au-delà de la vie privée

L’AFC est conçu pour éviter une menace spécifique : le profilage individuel qui est permis aujourd’hui par le croisement des identifiants contextuels. Le but de l’AFC et des autres propositions est d’éviter de laisser aux pisteurs l’accès à des informations qu’ils peuvent lier à des gens en particulier. Alors que, comme nous l’avons montré, cette technologie pourrait aider les pisteurs dans de nombreux contextes. Mais même si Google est capable de retravailler sur ses conceptions et de prévenir certains risques, les maux de la publicité ciblée ne se limitent pas aux violations de la vie privée. L’objectif même de l’AFC est en contradiction avec d’autres libertés individuelles.

Pouvoir cibler c’est pouvoir discriminer. Par définition, les publicités ciblées autorisent les annonceurs à atteindre certains types de personnes et à en exclure d’autres. Un système de ciblage peut être utilisé pour décider qui pourra consulter une annonce d’emploi ou une offre pour un prêt immobilier aussi facilement qu’il le fait pour promouvoir des chaussures.

Au fur et à mesure des années, les rouages de la publicité ciblée ont souvent été utilisés pour l’exploitation, la discrimination et pour nuire. La capacité de cibler des personnes en fonction de l’ethnie, la religion, le genre, l’âge ou la compétence permet des publicités discriminatoires pour l’emploi, le logement ou le crédit. Le ciblage qui repose sur l’historique du crédit – ou des caractéristiques systématiquement associées – permet de la publicité prédatrice pour des prêts à haut taux d’intérêt. Le ciblage basé sur la démographie, la localisation et l’affiliation politique aide les fournisseurs de désinformation politique et la suppression des votants. Tous les types de ciblage comportementaux augmentent les risques d’abus de confiance.

Au lieu de réinventer la roue du pistage, nous devrions imaginer un monde sans les nombreux problèmes posés par les publicités ciblées.

Google, Facebook et beaucoup d’autres plateformes sont en train de restreindre certains usages sur de leur système de ciblage. Par exemple, Google propose de limiter la capacité des annonceurs de cibler les utilisatrices selon des « catégories de centres d’intérêt à caractère sensible ». Cependant, régulièrement ces tentatives tournent court, les grands acteurs pouvant facilement trouver des compromis et contourner les « plateformes à usage restreint » grâce à certaines manières de cibler ou certains types de publicité.

Même un imaginant un contrôle total sur quelles informations peuvent être utilisées pour cibler quelles personnes, les plateformes demeurent trop souvent incapables d’empêcher les usages abusifs de leur technologie. Or l’AFC utilisera un algorithme non supervisé pour créer ses propres cohortes. Autrement dit, personne n’aura un contrôle direct sur la façon dont les gens seront regroupés.
Idéalement (selon les annonceurs), les cohortes permettront de créer des regroupements qui pourront avoir des comportements et des intérêts communs. Mais le comportement en ligne est déterminé par toutes sortes de critères sensibles : démographiques comme le genre, le groupe ethnique, l’âge ou le revenu ; selon les traits de personnalités du « Big 5 » ; et même la santé mentale. Ceci laisse à penser que l’AFC regroupera aussi des utilisateurs parmi n’importe quel de ces axes.
L’AFC pourra aussi directement rediriger l’utilisatrice et sa cohorte vers des sites internet qui traitent l’abus de substances prohibées, de difficultés financières ou encore d’assistance aux victimes d’un traumatisme.

Google a proposé de superviser les résultats du système pour analyser toute corrélation avec ces catégories sensibles. Si l’on découvre qu’une cohorte spécifique est étroitement liée à un groupe spécifique protégé, le serveur d’administration pourra choisir de nouveaux paramètres pour l’algorithme et demander aux navigateurs des utilisateurs concernés de se constituer en un autre groupe.

Cette solution semble à la fois orwellienne et digne de Sisyphe. Pour pouvoir analyser comment les groupes AFC seront associés à des catégories sensibles, Google devra mener des enquêtes gigantesques en utilisant des données sur les utilisatrices : genre, race, religion, âge, état de santé, situation financière. Chaque fois que Google trouvera qu’une cohorte est associée trop fortement à l’un de ces facteurs, il faudra reconfigurer l’ensemble de l’algorithme et essayer à nouveau, en espérant qu’aucune autre « catégorie sensible » ne sera impliquée dans la nouvelle version. Il s’agit d’une variante bien plus compliquée d’un problème que Google s’efforce déjà de tenter de résoudre, avec de fréquents échecs.

Dans un monde numérique doté de l’AFC, il pourrait être plus difficile de cibler directement les utilisatrices en fonction de leur âge, genre ou revenu. Mais ce ne serait pas impossible. Certains pisteurs qui ont accès à des informations secondaires sur les utilisateurs seront capables de déduire ce que signifient les groupes AFC, c’est-à-dire quelles catégories de personnes appartiennent à une cohorte, à force d’observations et d’expérimentations. Ceux qui seront déterminés à le faire auront la possibilité de la discrimination. Pire, les plateformes auront encore plus de mal qu’aujourd’hui à contrôler ces pratiques. Les publicitaires animés de mauvaises intentions pourront être dans un déni crédible puisque, après tout, ils ne cibleront pas directement des catégories protégées, ils viseront seulement les individus en fonction de leur comportement. Et l’ensemble du système sera encore plus opaque pour les utilisatrices et les régulateurs.

Avec Google les instruments changent, mais c’est toujours la même musique…

Google, ne faites pas ça, s’il vous plaît

Nous nous sommes déjà prononcés sur l’AFC et son lot de propositions initiales lorsque tout cela a été présenté pour la première fois, en décrivant l’AFC comme une technologie « contraire à la vie privée ». Nous avons espéré que les processus de vérification des standards mettraient l’accent sur les défauts de base de l’AFC et inciteraient Google à renoncer à son projet. Bien entendu, plusieurs problèmes soulevés sur leur GitHub officiel exposaient exactement les mêmes préoccupations que les nôtres. Et pourtant, Google a poursuivi le développement de son système, sans pratiquement rien changer de fondamental. Ils ont commencé à déployer leur discours sur l’AFC auprès des publicitaires, en vantant le remplacement du ciblage basé sur les cookies par l’AFC « avec une efficacité de 95 % ». Et à partir de la version 89 de Chrome, depuis le 2 mars, la technologie est déployée pour un galop d’essai. Une petite fraction d’utilisateurs de Chrome – ce qui fait tout de même plusieurs millions – a été assignée aux tests de cette nouvelle technologie.

Ne vous y trompez pas, si Google poursuit encore son projet d’implémenter l’AFC dans Chrome, il donnera probablement à chacun les « options » nécessaires. Le système laissera probablement le choix par défaut aux publicitaires qui en tireront bénéfice, mais sera imposé par défaut aux utilisateurs qui en seront affectés. Google se glorifiera certainement de ce pas en avant vers « la transparence et le contrôle par l’utilisateur », en sachant pertinemment que l’énorme majorité de ceux-ci ne comprendront pas comment fonctionne l’AFC et que très peu d’entre eux choisiront de désactiver cette fonctionnalité. L’entreprise se félicitera elle-même d’avoir initié une nouvelle ère de confidentialité sur le Web, débarrassée des vilains cookies tiers, cette même technologie que Google a contribué à développer bien au-delà de sa date limite, engrangeant des milliards de dollars au passage.

Ce n’est pas une fatalité. Les parties les plus importantes du bac-à-sable de la confidentialité comme l’abandon des identificateurs tiers ou la lutte contre le pistage des empreintes numériques vont réellement améliorer le Web. Google peut choisir de démanteler le vieil échafaudage de surveillance sans le remplacer par une nouveauté nuisible.

Nous rejetons vigoureusement le devenir de l’AFC. Ce n’est pas le monde que nous voulons, ni celui que méritent les utilisatrices. Google a besoin de tirer des leçons pertinentes de l’époque du pistage par des tiers et doit concevoir son navigateur pour l’activité de ses utilisateurs et utilisatrices, pas pour les publicitaires.

Remarque : nous avons contacté Google pour vérifier certains éléments exposés dans ce billet ainsi que pour demander davantage d’informations sur le test initial en cours. Nous n’avons reçu aucune réponse à ce jour.

Khrys’presso du lundi 22 mars 2021

lun, 22/03/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir Spécial casse de l’Éducation Nationale Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial Loi de Sécurité Globale Spécial montée du fascisme, répression, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s) Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Khrys’presso du lundi 15 mars 2021

lun, 15/03/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial Doctolib Spécial média et pouvoir Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s) Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Libres bulles pour que décollent les contributions

ven, 12/03/2021 - 12:42

Comme beaucoup d’associations libristes, nous recevons fréquemment ce genre de demandes « je vous suis depuis longtemps et je voudrais contribuer un peu au Libre, comment commencer ? »

Pour y répondre, ce qui n’est pas toujours facile, une dynamique équipe s’est constituée avec le soutien de Framasoft et a fondé le projet Contribulle qui propose déjà d’aiguiller chacun⋅e vers des contributions à sa mesure. Pour comprendre comment ça marche et quel intérêt vous avez à les rejoindre, nous leur avons posé des questions…

« Bulles de savon » par Daniel_Hache, licence CC BY-ND 2.0

Bonjour la team Contribulle ! On vous a rencontré⋅e⋅s sur l’archipel de Contributopia, mais pouvez-vous vous présenter, nous dire de quels horizons vous venez ?

– Hello, je suis llaq (ou lelibreauquotidien), je suis dans le logiciel libre depuis quelques années depuis qu’un ami m’a offert un PC sous Linux (bon, quand j’étais sous Windows, j’utilisais déjà des logiciels libres mais c’était pas un argument rédhibitoire).

— Yo ! Oui on se baladait dans le coin, l’horizon qui se présentait à nous paraissait bien prometteur ! Je suis Mélanie mais vous pouvez m’appeler méli, j’ai bientôt 25 ans  et je viens du monde du design UX et UI. En explorant le numérique, j’ai pas mal gravité autour du Libre et mon mémoire de master de l’année dernière m’a bien fait plonger dans ce sujet super passionnant ! Fun fact : je me demandais comment rendre le logiciel libre plus ouvert ( !), pour mieux accueillir une diversité de contributions et il faut dire que votre campagne Contributopia m’a pas mal guidée héhé. Le projet Contribulle a en partie émergé à cette période-là et je suis contente de le poursuivre, toujours en tant que designeuse UX/UI !

– Hello ! Je suis Maiwann, membre de Framasoft… une petite asso que vous connaissez peut-être ? Et je suis designer.

Laissez-moi deviner : Contribulle, c’est un dispositif pour enfermer les contributeurs et contributrices d’un projet dans une bulle et alors quand ça monte ça éclate et le projet explose ? Non, c’est pas ça ?

llaq : C’est presque ça. Contribulle est une plateforme qui permet de mettre en relation des projets aux besoins assez spécifiques avec des contributeur·rice·s intéressé·e·s, qu’iels soient dans le domaine technique ou non. Un des buts du site est d’ailleurs de permettre aux non-techniques de contribuer à des projets libres et surtout de démontrer que la contribution, c’est pas seulement pour les codeur·se·s.

méli : Haha, ce nom a été voté par jugement majoritaire ! Perso, j’imagine une bulle qui est amenée à grossir grâce aux contributions des personnes et qui sera tellement géante qu’il sera impossible de la rater. Et peut-être qu’elle pourrait attirer d’autres contributions !

Maiwann : … Et moi j’imagine plein de petites bulles comme un nuage de bulles de savon quand on souffle dans le petit cercle ! Et elles s’envolent… loin… loiiiiiin ! Jusqu’à ce qu’on en fasse une nouvelle fournée :)

« Bubbles » by bogenfreund, licence CC BY-SA 2.0

Ah mais c’est tout neuf cette plateforme ? Comment est venue l’idée de proposer ça ? Et d’ailleurs ça paraît tellement utile qu’on se demande pourquoi ça n’existait pas avant.

méli : Pendant mon mémoire, j’avais retenu qu’il était compliqué de s’y retrouver parmi tous les projets libres créés et qu’il était encore plus difficile de savoir où et comment contribuer au Libre, surtout en tant que non-développeur·se. J’avais donc rapidement imaginé un site qui recenserait des projets libres à la recherche de compétences et qui permettrait d’attirer des contributeur·rice·s de tous horizons. Je ne savais pas s’il existait déjà une plateforme de ce type dans laquelle je pourrais m’inscrire.
Quelques déambulations plus tard, je suis tombée sur la restitution du fameux événement coorganisé par Framasoft et la Quadrature du Net « Fabulous Contribution Camp » de novembre 2017. J’y ai trouvé une idée similaire au site que j’imaginais et je contacte donc Maiwann pour avoir des nouvelles sur l’évolution de ce projet. On s’appelle en janvier 2020 (merci BigBlueButton) et il s’avère que rien n’avait été mis en place et qu’il manquait un tremplin pour lancer le projet. C’est donc à partir de là que ça a décollé. Si la suite intéresse : J’ai ensuite réalisé une maquette de la plateforme, qui avait pour nom de code « Meetic du Libre ». J’ai pu la présenter au cours d’un Confinatelier en juin 2020 avec Maiwann. On avait pour objectifs de valider la pertinence du projet et ensuite de mobiliser des personnes qui souhaiteraient bien y contribuer. Les retours nous ont rassuré⋅e⋅s et on a pu monter un groupe de travail rapidement.

Cependant, avec l’été qui se profilait, le site était juste débutant jusqu’à ce que Maiwann nous relance fin octobre. Depuis novembre, l’équipe est un peu plus réduite : on est 2 designeuses, 1 développeur front et 1 développeur back et on s’organise des rendez-vous hebdomadaires pour avancer. Des personnes nous ont aussi aidé⋅e⋅s ponctuellement, que ce soit aux niveaux code, graphisme et design, on leur en est super reconnaissant·e·s ! Grâce aux efforts et la bonne humeur de tou·te·s les contributeur·rices, on a pu mettre en ligne Contribulle en février 2021, une grande fierté !

Est-ce qu’il faut s’inscrire avec ses coordonnées et tout ?

llaq : Pour les personnes qui créent une demande de contribution, il n’est pas nécessaire de créer de compte. Il faut simplement renseigner une adresse email valide et un pseudo pour que les contributeur·rice·s qui le souhaitent puissent contacter la personne qui a créé l’annonce.

Maiwann : On a fait en sorte d’être le plus minimalistes possibles dans le nombre d’infos demandées. Du coup, exit la création de compte pour ne pas se farcir un énième identifiant-mot-de-passe ! En revanche, on demande un moyen de contact aux personnes qui recherchent des contributeurices, pour être sûres qu’elles vont pouvoir s’adresser à un humain !

Combien ça coûte ?

llaq : Rien. Plus sérieusement, dans le projet, nous sommes tou·te·s bénévoles et les ressources techniques servant à l’hébergement de contribulle.org nous ont gracieusement été offertes par notre partenaire Framasoft, donc aucun frais pour nous, aucune raison de faire payer la plateforme donc :)

méli : Dans la perspective de mettre en avant des projets qui participent à l’émancipation individuelle et collective des individus et qui sont bien évidemment respectueux de nos libertés, on ne souhaite pas faire payer pour poster une annonce. On veut inviter le plus grand nombre à mettre la main à la pâte donc on préfère éviter de poser des contraintes financières dès le départ !

Maiwann : Ça a coûté du temps et de l’énergie à des gens compétents de se retrouver, de décider d’une direction pour le projet, de faire des choix, de les maquetter / coder, + les frais d’hébergement. Et ça va coûter de l’énergie dans le futur pour faire vivre Contribulle, donc si vous en parlez le plus possible autour de vous, ça nous aidera beaucoup et ça contribuera à faire vivre Contribulle !

Si j’ai un projet génial mais que je ne sais rien faire du tout, je peux juste vous donner mon idée géniale et vous allez vous en charger et tout faire pour moi ?

méli : Mmmh Contribulle n’est pas un service de travail gratuit… mais c’est chouette si tu as une bonne idée de projet, si tu sens qu’elle a du potentiel et qu’elle est valide…

  • À quel(s) besoin(s) répond-elle ?
  • Quelle est sa valeur ajoutée pour les futur·e·s utilisateur·rices ?

…tu peux lister précisément les compétences requises. Contribulle a vocation de faciliter la compréhension de contributions auprès des personnes qui veulent aider. C’est pour ça qu’il nous semble nécessaire dans le formulaire de demande de contribution de bien présenter le projet et de donner plus d’indications sur la contribution souhaitée. Un projet se doit d’être sérieux et conscient du temps et de l’effort qu’un·e contributeur·rice y consacrera.

logo du projet Contribulle

Un point qu’il est important de mentionner est l’accueil des contributeur·rice·s au sein d’un projet. Il ne faut pas prendre l’aide d’une personne externe comme acquise et surtout la surexploiter parce que (friendly reminder) : on a nos vies et nos priorités à gérer.

Un projet doit mettre en place un dispositif pour faciliter l’accès à la contribution, que ce soit une page dédiée, une conversation épistolaire, le format est libre et à adapter selon les parties prenantes !
Attention cependant aux renvois directs vers les forges logicielles comme GitHub ou GitLab qui ne sont pas si accessibles pour les non-techniques. Peut-être qu’un tutorat personnalisé peut s’envisager ?

Bref, soyons plus à l’écoute des contributeur·rice·s ! Et pour les contributeur·rice·s : écoutez-vous et n’hésitez pas à dire quand un truc vous gêne, la communication fait tout.

Comment je vais savoir que d’autres sont intéressée⋅es par mon projet ou que ma contribution intéresse d’autres ?

llaq : On n’a pas de messagerie intégrée, tout se fait par le mail que vous avez indiqué dans votre annonce.
Maiwann : comme ça, pas besoin de revenir sur la plateforme, ouf ! Vous postez et c’est réglé !

Attention c’est le moment trollifère : les projets sur lesquels on peut contribuer c’est du libre ou open source ou bien osef ?

llaq : Nous comptons justement implémenter un bandeau qui s’affichera si le projet est libre ou pas (c’est-à-dire bénéficiant d’une licence libre) ! Mais sa place sur Contribulle va dépendre de l’équipe de modération composée de 4 personnes pour l’instant.

méli : La valeur (politique) des projets publiés sera prise en compte. Parmi les questions à se poser : pour qui est le projet ? Participe-t-il au bien collectif ? Comment permettrait-il à tou·te·s les utilisateur·rices de disposer de leurs appareils ainsi que de leurs données personnelles ?

Maiwann : On voudrait que tous les projets soient sous licence libre, mais on est aussi conscient·es que tout le monde n’est pas forcément au clair sur l’intérêt que ça peut avoir, l’importance… donc on se dit qu’on poussera les personnes à s’y intéresser à l’aide du bandeau, mais sans les disqualifier forcément d’entrée (et on verra ça au cas par cas !)

C’est évalué comment et par qui, le « sérieux » ou la pertinence des projets et contributions ? Chacun⋅e s’autonomise et hop ?

llaq : Nous avons décidé de faire de la modération à posteriori. Ton annonce est directement publiée et visible par tout le monde mais si l’équipe de modération estime que le projet n’a pas sa place sur Contribulle, il sera supprimé de la plateforme.
Maiwann : et si c’est trop relou, on passera à de la modération a priori ! Et pour faire des choix, ça sera sans doute au doigt mouillé, au « comment chacune le sent » et puis on verra sur le tas comment se structure l’équipe de modération ! Pour l’instant, RAS :)

« bubbles » par Mycatkins, licence CC BY 2.0

Et donc si je veux contribuller au projet, je peux faire quoi ?

méli : Pour l’instant, nous faire des retours sur vos usages de Contribulle et la promouvoir autour de vous seraient de belles contributions ! On souhaite l’améliorer au mieux selon les besoins ressentis de chacun·e.
La question de rétribution n’a pas encore été abordée mais selon l’évolution de la plateforme et des ressources mobilisées, des formes sont à réfléchir je pense. Qu’il s’agisse de don financier, d’un retour d’utilisateur·rice, ou autre.

Maiwann : Je pense que ce qui va être primordial ça va être de faire vivre Contribulle. Quelqu’un dit qu’il voudrait aider le Libre ? glissez lui un mot sur Contribulle. Quelqu’un vient à un contrib’atelier ? N’oubliez pas de parler de Contribulle. Comme ça le projet vivra grâce aux visites des contributeurices !

Ah mais il y a déjà un paquet de demandes, ça fait un peu peur, je vois bien que je ne vais servir à rien pour tous ces trucs de techies ! Au secours ! (Pour l’instant dans l’équipe c’est orienté web développement non) ?

méli : c’est 50/50 moitié dev et moitié design/conception. Oui, on a dépassé les 20 annonces depuis sa mise en ligne il y a un mois, c’est trop bien ! Et on cherche vraiment à mettre en avant des contributions non-techniques parce que tu es super utile justement ! Prochainement tu pourras filtrer les annonces selon tes propres savoir-faire, en espérant qu’il y aura des demandes à ce niveau-là. En attendant, on te propose des contributions faciles. Tu seras renvoyé·e vers des sites sélectionnés par nos soins et auxquelles tu peux directement contribuer. Bonne contribution !

Maiwann : C’est tout à fait ça, grâce aux filtres tu vas pouvoir plus facilement mettre de côté les choses qui font peur !
Et si je regarde, il y a déjà quelques projets qui sont chouettes et que tu peux aider sans compétences techniques, par exemple :

* si tu t’intéresses aux réseaux sociaux alternatifs mais que ça te fait peur : https://contribulle.org/projects/2
* si tu sais réaliser un logo : https://contribulle.org/projects/8
* si tu aimes faire de la relecture / rédiger des contenus : https://contribulle.org/projects/9
* si tu aimes faire de la traduction : https://contribulle.org/projects/20
* si tu aimes les jeux de société : https://contribulle.org/projects/29

Pour la suite, c’est à vous de jouer !

et voici les liens utiles :

Khrys’presso du lundi 8 mars 2021

lun, 08/03/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial répression, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s) Soutenir
  • Individualisation de tous les minima sociaux (petitions.senat.fr)

    Une défamilialisation des minima sociaux entrainerait leur augmentation mécanique pour de nombreux foyers. Si une telle mesure serait loin de suffire à résoudre tous les problèmes […] elle constituerait cependant une étape symboliquement importante, qui consacrerait le primat de l’autonomie de l’individu sur les déterminismes familiaux, et l’engagement collectif de la société pour l’égalité femmes-hommes.

Spécial GAFAM et cie Les autres lectures de la semaine Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Khrys’presso du lundi 1er mars 2021

lun, 01/03/2021 - 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World Spécial France Spécial média et pouvoir
  • France Télévisions : stigmatisation à l’antenne (acrimed.org)

    « Relâchement », le mot est asséné par le présentateur, et les promeneurs qui se relâchent, en omettant de porter leur masque, sont montrés du doigt devant la France entière. Filmés à leur insu, et parfaitement reconnaissables, […] Ils découvrent le soir même qu’ils ont été dénoncés par la télévision publique. […] Le coupable est stigmatisé à l’antenne, mais la police, elle, est floutée.

Spécial on gère comme des pieds (et à la néolibérale) Spécial islamo-gauchisme et dérive extrême-droite
  • “Islamogauchisme” : Le piège de l’Alt-right se referme sur la Macronie (politoscope.org)

    Afin de discerner ce qui relève du militantisme ou de la stratégie politique dans la popularisation de ce néologisme, ainsi que l’impact que pourrait avoir sa légitimation par de hauts responsables de la République, nous présentons ici une étude factuelle sur les contextes de son utilisation dans le paysage politique français sur les 5 dernières années. […] D’après nos mesures, les ministres du gouvernement ont réussi à faire en quatre mois ce que l’extrême-droite a peiné à faire en plus de quatre années : depuis octobre, le nombre de tweets de “la mer” mentionnant « islamo-gauchisme » est supérieur au nombre total de mentions entre 2016 et octobre 2020. On peut parler de performance.

  • Aux sources de l’islamogauchisme (lmsi.net)

    À partir de 2003-2004, au fur et à mesure que s’est amplifiée la campagne contre les élèves voilées, un vague consensus national s’est construit autour du principe de la prohibition, mais cela n’est pas allé sans résistance. Et ce sont précisément ces résistances qui ont été qualifiées du délicat sobriquet d’ « islamo-gauchiste » Premières concernées par cette campagne, les personnes issues de l’immigration coloniale et postcoloniale

  • Médine porte plainte contre Aurore Bergé qui l’a qualifié de “rappeur islamiste” (huffingtonpost.fr)

    Alors que la présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée apportait son soutien à la ministre de l’Enseignement supérieur, elle a cité en exemple une conférence donnée par le rappeur à l’École normale supérieure pour illustrer “ce qui se passe dans les universités françaises”.

  • La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement (larotative.info)
Spécial répression, racisme, violences policières… Spécial Résistance(s)
  • Mise à jour de la Technocarte (technopolice.fr)
  • Et après la grève, quoi ? – Réflexions sur les moyens de lutte et leurs effets concrets dans l’éducation nationale (lundi.am)

    il ne faut pas se leurrer : si nous continuons à organiser notre défaite en croyant agir, la situation de l’éducation nationale, déjà décrépite, ne fera qu’empirer

  • « Nous ne pensions pas que nous tiendrions 17 jours » : la ZAD du Triangle de Gonesse évacuée (liberation.fr)

    « Ces 17 jours ont donné un élan plus fort à la mobilisation contre la bétonisation du Triangle de Gonesse, aujourd’hui le dossier a pris une ampleur nationale, le soutien est plus fort, de nombreux élus venaient chaque jour nous apporter leur soutien, et ça le gouvernement l’a bien vu, c’est pour ça qu’ils ont ordonné l’évacuation »

  • Montreuil (93) : expulsion du Marbré ! (fr.squat.net)

    Quelques affaires ont pu être récupérées à force d’insister, mais ce soir une dizaine de personnes sont à la rue, la majorité de leurs affaires et la vie collective du lieu se retrouvent murées derrière des parpaings gris. […] Les politiques capitalistes créent toujours plus de logements vides et toujours plus de gens à la rue ; nous, on s’organise pour que ça cesse. Encore plus en ce moment, quand la vie sociale est anéantie et tout espace public sous contrôle, nous avons besoin de lieux autonomes pour vivre et nous organiser.

  • Frédérique Vidal et la nécropolitique de l’université. (affordance.info)
  • Au soldat du déni Frédérique Vidal, la patrie résistante (mediapart.fr)

    « Une diversion et un ballon d’essai » : c’est ce que j’ai répondu à la journaliste du Monde […] J’ai aussi précisé que je n’avais pas écouté son discours. Que je ne pouvais plus lire, ni écouter Frédérique Vidal, ma ministre de tutelle depuis plus de trois mois — car il en allait de ma santé mentale.Mais il en va désormais de la sécurité de toute une profession. […] La Ministre encore en poste, pilotée de toutes les façons au plus haut sommet de l’État par l’Elysée et le HCERES n’a plus rien à perdre. Le président de feue la République entend assouvir son désir de faire taire toute opposition, surtout si elle émane des puissants mouvements civiques en branle depuis l’an passé qui exigent une société plus juste pour tous et toutes. Mais un autre déni doit cesser, si on entend encore appliquer les principes constitutionnels de la République : la réactivation d’un ordre colonial et patriarcal. À force de nier quotidiennement les droits humains élémentaires des réfugiés, d’organiser des contrôles au faciès dès l’adolescence, en stigmatisant au sein de l’institution scolaire les enfants et les mères, de ne pas sanctionner les comportements et des crimes racistes au sein des forces de police — capables, rappelons-le, de mettre à genoux des lycéens pendant de longues heures, rejouant ainsi une scène de guerre coloniale — l’État français entend reconstituer sur son sol même une classe de sous-citoyens et de sous-citoyennes, privées des droits communs. […] À nous de choisir si nous, service public de la République, résisterons.

  • Lettre à Frédérique Vidal d’une scientifique qui ne s’est pas soumise à l’autorité (lmsi.net)

    Stupeur, incrédulité (devant tant de bêtise) et effroi […]. Au milieu de ces émotions, une urgence : réagir. C’est ce qu’a fait Pinar Selek, sociologue, militante, enfermée et persécutée par l’Etat turc pour son engagement et son travail […] sur les minorités, notamment kurdes. Réfugiée en en France, elle pensait sans doute que les libertés académiques ne pouvaient y être menacées. […] Depuis vos dernières déclarations sur “l’islamo-gauchisme”, je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre, sous l’islamo-fascisme. Je pense que tout.es les scientifiques exilé.es […] sont entrés dans le même cauchemar, car elles-ils savent aussi très bien comment les libertés académiques se rétrécissent quand les pouvoirs politiques interviennent dans le champ scientifique avec la justification de la lutte contre le terrorisme. En général, c’est comme ça que ça se passe. En Turquie, en Chine, en Iran. Et aujourd’hui en France.

  • Des cartes postales pour Cesare Battisti (lundi.am)

    celles produites par abceditions insistent sur le fait que Cesare Battisti est écrivain, puisque, comme vous le savez si vous avez suivi les précédents épisodes, l’administration pénitentiaire se refuse à lui reconnaître cette qualité, ce qui a la conséquence très concrète de l’empêcher de disposer de son instrument de travail, un ordinateur.

Spécial GAFAM et cie Soutenir Les autres lectures de la semaine Les BDs/graphiques/photos de la semaine Les vidéos/podcasts de la semaine Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Marie-Cécile Godwin :« les usages prévalent sur tout »

mer, 24/02/2021 - 13:12

Un internaute nous dit :
J’ai été particulièrement intéressé par les propos de Marie Cécile Godwin sur ses interactions avec les utilisateurs de PeerTube et les vidéastes qui utilisent déjà YouTube, ainsi que sur ses retours sur la communauté du libre… Dis, Framablog, tu nous ferais un entretien avec elle pour en parler plus longuement ?

CHICHE !


Salut Marie-Cécile.

On t’a vue dans le clip sur les coulisses de PeerTube, mais peux-tu te présenter tout de même ?

Mais avec grand plaisir ! Marie-Cécile, 39 ans, amatrice de Rice Krispies et de tricot, designer UX quand il faut payer les factures. Diplômée de communication visuelle en 2004 (oui, ça date !), j’ai peu à peu navigué vers la stratégie de conception et l’étude des usages, à l’époque où on ne parlait pas encore d’UX. Aujourd’hui, je passe la plupart de mon temps à coller des post-it partout, écouter des personnes me parler de leurs usages numériques et faire de mon mieux pour déconstruire les clichés sur le numérique des étudiant·es durant les cours que je donne. D’ailleurs, je leur propose régulièrement de prendre les logiciels libres comme sujets d’étude !

Détournement de la photo officielle de Marie-Cécile

 

Qu’est-ce que tu savais du logiciel libre et de la culture geek avant de nous rencontrer ?

Pas grand chose. J’utilisais certains d’entre eux, mais je n’avais pas encore fourré le nez dans la culture libre et ses valeurs. En bonne designer graphique, je capitulais devant le poids des grandes firmes et de leurs logiciels propriétaires pour respecter la chaîne de production tout autour de moi. Puis, avec l’arrivée des plateformes sociales et la découverte des enjeux liés, entre autres, à l’Anthropocène, j’ai enfin pu déconstruire mes préconceptions au sujet des libertés individuelles, et de ce que nous pouvons faire pour nous prémunir de leur destruction. Pour ce qui est des logiciels propriétaires, j’ai récemment décidé de passer à la suite Affinity Serif  qui n’est pas libre, mais qui propose leurs logiciels à prix fixe, une rareté dans l’industrie où il ne reste que des programmes « cloud » à abonnement.

Est-ce que tu avais une vision réaliste des vidéastes qui publient sur le web, ou est-ce que tu as eu des surprises en bossant sur PeerTube ?

Très peu consommatrice de contenus vidéos, je n’ai pas bien suivi le phénomène de l’explosion des vidéastes. Certainement dû à mon grand âge, en tout cas sur l’échelle du Web 😀

Du coup, pas tellement de surprises en découvrant l’univers gravitant autour de Peertube, mais de belles rencontres, notamment au fil des entretiens menés pour découvrir les usages de chacune et chacun.

 

Tu dis que tu es designer, en quoi ça consiste ?

Ah ça, c’est LA question piège à chaque fois qu’on me demande ce que je fais. Il y a des clichés très persistants sur le design, qui est vu comme la discipline de l’apparence et du beau. Si je devais revenir aux fondements de ma pratique, je suis la personne chargée de (re)cadrer le besoin initial, d’analyser le contexte et le terrain, puis de prendre toute la complexité recueillie, l’ordonner et lui donner LA forme qui conviendra.

Que ce soit du travail de graphisme (UI) pour adapter une identité graphique à un wireframe, ou du travail de conception dudit wireframe, ou encore la création d’un « service blueprint » (un plan technique d’un service ou d’une organisation destiné à faciliter l’identification des problèmes ou des frictions) d’après des données de terrain ou d’entretiens, tout part des mêmes méthodes : cadrer, analyser, ordonner puis choisir la forme de restitution qui conviendra.

Ce processus est à la base de tout, c’est ce qui s’appelle la « pensée design », et qui fait les beaux jours des cabinets de consulting sous le très à la mode « design thinking« . Mais qu’on appelle ça « design thinking« , « UX design » ou un quelconque néologisme bullshit, cela m’importe peu. Je me dis souvent « UX designer » ou « UX researcher » parce que ce sont des termes qui sont maintenant entrés dans le langage commun et qui ont un vague sens pour les personnes à qui je le dis. Mais au final, je suis bien « conceptrice » un peu comme je pourrais être « ingénieure ». C’est une façon de penser, réfléchir et faire les choses, puis de leur donner la juste apparence en fonction de tous ces paramètres. J’assiste la conception de systèmes et de services.

Est-ce que tu as changé de façon de « faire du design » au cours de ta vie professionnelle ?

Ouh là là oui ! À l’époque où j’ai fait mes études (le tout début du siècle !), le monde était radicalement différent et les inégalités et oppressions systémiques amplifiées par le numérique étaient beaucoup moins saillantes qu’aujourd’hui. Mon propre privilège m’était également invisible.

je me suis frottée au capitalisme de surveillance

Je me contentais de faire ce que l’on m’avait appris : obéir aux exigences d’un·e client·e et faire de mon mieux pour contribuer à atteindre ses objectifs, la plupart du temps ceux-ci étant résumables à « vendre plus de trucs ». Depuis, je me suis frottée au capitalisme de surveillance, à la surconsommation, au dérèglement climatique, aux oppressions systémiques et j’ai découvert que le design et les designers étaient loin d’être innocentes dans tout ça. Il m’a fallu du temps, mais aujourd’hui j’essaie de faire de mon mieux pour parler de ces aspects et les appliquer au quotidien dans ma manière de travailler et les personnes avec qui je travaille.

Pourquoi as-tu accepté de contribuer à Framasoft (On n’en revient toujours pas qu’une pointure comme toi accepte de nous aider) ?

Une « pointure » ? mais non enfin 😀

Hé bien justement, pour toutes les raisons susmentionnées. Il n’est pas possible de lutter individuellement contre des choses aussi complexes et insidieuses que le dérèglement climatique et le capitalisme de surveillance. Par contre, on peut faire plein de petits choix conscients qui feront avancer petit à petit les choses. Collaborer avec Framasoft, que ce soit via des prestations rémunérées ou du bénévolat, me permet d’avoir la sensation de faire une petite part du travail à accomplir pour que le monde soit un poil moins pourri chaque jour.

Aussi, parce que Framasoft est blindée de personnes formidables que j’aime beaucoup côtoyer (toujours à 2 mètres de distance et avec un masque :P) et que j’apprends énormément à leurs côtés.

Quand tu as commencé à regarder ce qui n’allait pas en termes d’UX / UI chez Framasoft, qu’est-ce qui t’a choquée le plus ?

Le mot « choquée » est un peu fort. 😛

Ce qui me donne le plus de fil à retordre, c’est tout le travail de « change management« , pour employer un terme très startup nation. Le modèle mental des designers est radicalement différent, dans la manière d’aborder la conception d’un outil, par exemple d’un logiciel. Nous n’allons pas nous appuyer sur nos propres perceptions pour prendre des décisions, mais nous allons d’abord étudier le contexte, aller voir des personnes qui ont le même besoin, et essayer de trouver un modèle de conception qui serve le plus de monde possible.

Ce travail, s’il n’est pas fait en amont, pose deux problèmes : l’outil une fois conçu ne va pas « parler » aux personnes qu’il est censé aider. Par exemple, le vocabulaire verbal ou visuel de l’interface induira les personnes qui l’utilisent en erreur, soit parce qu’il est trop technique ou qu’il n’emploie pas les bonnes métaphores visuelles. Le deuxième problème, plus structurel, se traduit dans la manière dont le projet est mené et conçu. Si vous avez passé votre vie à concevoir des programmes, qu’ils vous conviennent bien, et qu’en plus personne n’a jamais vraiment râlé, vous n’allez pas avoir besoin de vous remettre en question. Comme je le raconte souvent quand je parle de conception / design dans le libre, en tant qu’UX designer j’arrive avec un constat inconfortable : « ton logiciel ne prend pas le problème dans le bon sens… ». Si on s’arrête là, c’est sûr que ça donne l’impression qu’on va tout péter à coups de masse et que tout le boulot fait jusqu’à présent est à jeter aux oubliettes. La suite du constat est plus cool : « …mais c’est pas grave, on va trouver ensemble des manières de le faire évoluer pour qu’il parle à davantage de gens ».

Comment s’est déroulé ton travail sur PeerTube ?

À la différence de Mobilizon, où le projet commençait à peine et où la team Frama m’a intégrée tout de suite, PeerTube a déjà tout un existant avec lequel j’ai dû me familiariser : l’histoire du projet, de son concepteur, les évolutions, les contributions, les dynamiques autour du projet. J’étais dans mes petits souliers au début ! Ce n’est pas facile de débarquer comme une fleur avec un œil de designer, souvent notre travail est perçu comme l’arrivée d’un chien dans un jeu de quilles, un peu à la « c’est moche, on refait tout ». Il est important de prendre en compte l’histoire du projet et tout le bagage émotionnel qui va avec. On a commencé doucement avec une première phase où j’ai fait l’éponge en posant des questions à l’équipe et à Chocobozzz, puis où j’ai mené des entretiens pour nous faire une meilleure idée de ce que les utilisatrices et utilisateurs de PeerTube en faisaient et ce dont elles et ils avaient besoin. J’ai réalisé en tout une quinzaine d’entretiens, desquels sont sortis non seulement plein d’idées d’améliorations à très court terme, mais aussi de quoi nourrir des orientations stratégiques sur le temps long.

Ce qui m’intéresse beaucoup dans ce projet, c’est d’accompagner Chocobozzz dans les futures évolutions du logiciel en lui apportant la facette « UX ». Outre des petites choses simples comme l’aider à justifier des décisions ergonomiques ou graphiques grâce aux heuristiques de design graphique ou d’utilisabilité, on essaie de bien cadrer les problèmes identifiés, de se faire une bonne idée des usages qui vont autour et de prendre les décisions qui y correspondent.

La grande satisfaction jusqu’à présent, c’est de sentir que je suis utile et que mon travail ne génère pas de défiance dans l’équipe. Chocobozzz m’a dit que ça lui faisait du bien de bosser avec une designer, lui qui a été bien seul sur l’immense majorité de son projet et qui a dû faire des choix ergonomiques sans réellement savoir si c’était la bonne voie ou pas.

 

les libristes, c’est comme un bol de M&M’s

 

Qu’est-ce que tu trouves de génial et qu’est-ce que tu trouves de détestable dans la communauté du Libre ?

Ce qui est absolument génial, ce sont ces valeurs partagées et cette ouverture vers des alternatives. La radicalité politique de la communauté est très appréciable. Pour s’intéresser au libre, il faut avoir fait un chemin individuel qui implique forcément de la réflexion, une prise de recul sur l’existant, et l’audace de s’orienter vers quelque chose de différent de la norme.

Pour ce qui est « détestable », je ne sais pas si le mot est juste, mais j’ai eu à me frotter à un cactus bien piquant, celui qui découle du modèle mental dominant dans le libre : celui du développeur / ingénieur (homme cis hétérosexuel, éduqué, très souvent valide et entouré de gens qui lui ressemblent bien trop (ce ne sont que des faits démographiques, pas un jugement)) dans son armure de certitudes. Concrètement, je me suis fait empailler un nombre incalculable de fois, notamment sur Mastodon que j’ai laissé tomber pour cette raison, parce que j’avais eu l’audace d’utiliser une solution non-libre tout en osant travailler avec Frama. Il existe deux problèmes à mon sens : le premier relève de l’allégeance au libre qui est souvent interprétée en décalage avec la réalité des choses (l’existence d’intercompatibilité entre des solutions ou pas, le monde du travail, les habitudes, les possibilités financières, physiques, cognitives de chacun·e). Résultat, je suis une « vendue » si un jour j’ai osé publier un lien vers un Google Doc. Sauf que la petite asso sans moyen à qui je file un coup de main n’a pas vraiment eu d’autre choix que de se rabattre sur cette solution, pour des raisons qui sont les siennes et que je ne dois pas me permettre de critiquer (les usages prévalent sur tout, c’est la réalité, même si on aimerait parfois que ce soit différent).

Le deuxième problème est fait d’un mélange de patriarcat bien ancré dans l’informatique mixé au manque quasi-total d’occasions de se remettre en question dont souffrent nombre de personnages dans le libre. Je ne suis pas en train de critiquer des individus, ce serait trop simple et cela effacerait l’aspect systémique du problème. En pratique, cela se traduit en discussions unilatérales où mon interlocuteur est en incapacité d’imaginer que je puisse avoir une autre perception et une autre expérience de la vie que lui, encore moins de reconnaître ses torts. Une fois entrevue la possibilité que je puisse lui mettre le nez dans son étron, il va redoubler d’effort car mieux vaut se défendre que d’avouer ses erreurs. Il y a aussi cette insupportable certitude qu’on est dans la vérité et que toute personne qui fait autrement a foncièrement tort. Une des conséquences c’est l’infini tsunami de conseils non sollicités que moi et mes consœurs nous prenons dans la courge quand on ose émettre la moindre critique de quoi que ce soit sur Internet. Je n’ai pas l’énergie de gérer les egos de ceux qui viennent m’apprendre la vie, alors qu’en faisant l’effort de lire ma bio ou de consacrer quelques secondes à se renseigner sur ce que je publie, ils se seraient vite rendu compte que leur intervention était au mieux inutile, au pire franchement toxique.

Du coup, les libristes, c’est comme un bol de M&M’s. On te dit qu’au milieu du bol, y’en a 2 ou 3 qui sont toxiques du genre mortel, mais qu’on ne sait pas lesquels. Je souhaite bon courage à la personne qui osera en manger. Cela peut expliquer que je perde patience et qu’il m’arrive de bloquer allègrement, ou d’envoyer de bons vieux mèmes féministes pour clore une discussion non sollicitée.

 

Extrait d’une vidéo. On est encore tombé sur une hyperactive.

 

Es-tu une louve solitaire du design et de l’expérience utilisateur dans le monde du libre, ou bien y a-t-il une communauté de UI/UX designers qui ont une affinité avec le libre ?

De plus en plus de consœurs et confrères s’intéressent au libre. Maiwann a commencé bien avant moi ! Je suis loin d’avoir le monopole. Il y a encore un fossé qui nous empêche, nous designers, de vraiment contribuer au libre. On ne s’y sent pas forcément à notre place ou bien accueilli·es. Il faut déjà passer la barrière des outils et méthodes qu’utilisent les libristes pour travailler (GitHub, forums, etc.) et ensuite faire comprendre que nous ne sommes pas juste des peinteresses en bâtiment qui vont pouvoir donner un petit coup de propre à notre vieux Bootstrap UI.

J’essaie de motiver des personnes autour de moi dans l’industrie du design et de l’UX pour contribuer, j’espère que ma présence dans ce milieu va rassurer les gens du libre (non, les designers ne viennent pas tout casser !) et les designers (oui, les gens du libre peuvent écouter !).

Question annexe : je participe à un super projet libre (site Web ou applications pour le Web/ordiphone/ordinateur), mais je suis nul en UX/UI. Vers qui me tourner ? De manière générale, comment aborder cette problématique quand on n’est pas soi-même designer ?

La toute première étape pour aborder la problématique de la conception et de l’expérience d’usage, c’est déjà de se rendre compte qu’on a besoin d’aide :) Ensuite, je dirais qu’intégrer un·e designer le plus tôt possible dans le projet est très important. Comme tu l’as sûrement compris, plus on peut absorber de contraintes, mieux on peut aider.

Il existe plein de ressources pour s’approprier les règles de base afin de créer une interface accessible, lisible, utilisable et logique. Ce n’est pas si dur que ça, promis ! Le tout c’est d’arriver avant la fin du projet où il ne reste plus qu’à « mettre un coup de peinture au Bootstrap« .

En travaillant avec des vidéastes utilisant des plateformes privatrices, as-tu vu des problèmes impossibles à résoudre pour eux (pour le moment) avec les logiciels libres et/ou PeerTube ? (Je pose cette question parce que j’ai récemment lu un article de Robin Wong expliquant qu’il devait publier deux vidéos sur YouTube chaque semaine sous peine de disparaître des écrans, la faute à un algorithme secret et féroce… et j’ai trouvé ça particulièrement triste et aimerais bien qu’il existe une solution libre pour éviter cela)

Il existe nombre de problématiques d’usage pour lesquelles le logiciel libre ne pourra pas grand chose. Avec Mobilizon, par exemple, on s’est frotté·es au phénomène du « no-show« , ou de ces personnes qui prennent une place pour un événement, pour finalement ne pas y venir. C’est un grand classique pour toute personne qui organise des événements, et ça peut être très difficile de gérer la logistique derrière. Cela implique des questionnements sur le nombre de bouteilles de jus de fruit à prévoir jusqu’à la taille même de la salle à louer. C’est un souci humain, et on aura beau se creuser la tête et ajouter tout un tas de petite fonctionnalités pour inciter au maximum ces personnes à céder leur place réservée si elles ne viennent pas, l’informatique a ses limites.

Pour la rémunération, ce ne sont pas les logiciels libres qui vont faire office de solution

 

Pour ce qui est de la vidéo, il est clair que deux forces jouent en la défaveur des vidéastes : le modèle financier imposé par les plateformes, et les algorithmes qui changent en permanence la donne sur ce qui sera promu et pourquoi. Pour la rémunération, ce ne sont pas les logiciels libres qui vont faire office de solution. C’est à nous de nous poser la question, de manière politique, en décortiquant qui rémunère qui, en fonction de quoi, et en décidant collectivement de nouvelles manières de faire en s’affranchissant des plateformes. Pour le coup des algorithmes de sélection de contenu, ils existent pour un seul objectif : forcer les créatrices et créateurs de contenu à payer pour être vues. Le dommage collatéral terrible, c’est qu’ils les forcent aussi à standardiser ce qu’elles produisent, depuis la tronche de l’image de prévisualisation jusqu’au rythme de publication. Ce diktat est très inconfortable pour elles, et je les comprends. Mais de là à abandonner une audience en apparence captive et une plateforme qui te rémunère sans que tes fans n’aient à débourser un seul euro (ou en tout cas c’est ce dont on a l’impression), il y a un fossé à survoler avant d’y arriver.

La transition vers de nouveaux modèles de publication et de rémunération est loin d’être facile, ni rapide. C’est à nous de promouvoir des modèles alternatifs et toute la pédagogie qui va autour, en ne perdant pas de vue que les logiciels en eux-mêmes ne sont pas une fin.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux créateurs de logiciels libres pour obtenir de bons retours qui leur permettent d’améliorer leurs logiciels et de les rendre plus accessibles (pas seulement en termes d’accessibilité comme on l’entend sur le Web, mais tout simplement pour qu’ils soit utiles au plus grand nombre).

Il y a deux niveaux sur lesquels agir :

  • la stratégie de conception du logiciel,
  • son apparence, son utilisabilité et son accessibilité.

Pour le deuxième niveau (le plus simple pour commencer), il existe de nombreuses ressources pour s’auto-former en bases du graphisme : la théorie des couleurs, les contrastes, les principes du design visuel, les heuristiques d’utilisabilité d’interface (en anglais), parmi tant d’autres. Rien qu’avec ces basiques, on peut éviter énormément d’erreurs d’UI (apparence de l’interface) ou d’UX (comment l’interface fonctionne et s’enchaîne avec le reste d’un flow).

Il est également possible de faire un peu de « guérilla UX » à moindre frais. La méthode la plus simple consiste à interroger des utilisatrices ou utilisateurs de votre logiciel, voire carrément d’organiser une petite session de partage d’écran, de leur demander d’accomplir telle ou telle action, et de les observer en silence : frissons garantis ! Vous en apprendrez énormément sur la manière dont les personnes utilisent votre logiciel, sur les objectifs qu’elles cherchent à remplir avec, et sur les modèles mentaux qu’elles utilisent et que vous n’aviez pas imaginé.

En ce qui concerne la stratégie de conception, c’est un peu plus compliqué. La remettre en question demande une certaine maturité sur le projet, et l’acceptation qu’il est possible qu’on se soit trompé à la base… Jamais agréable. Ensuite, c’est un long travail à faire que de revenir aux origines de l’usage de votre logiciel. Étudier le besoin original, explorer ce besoin pour voir quel périmètre d’usage choisir, pour quels objectifs, pour promouvoir quelles valeurs, puis comment structurer la conception pour appliquer ces valeurs à l’ensemble des décisions prises. C’est ce qu’on appelle l’assistance à maîtrise d’usage, et c’est ce à quoi je passe la plupart de mon temps. Là, c’est un peu plus difficile de s’auto-former. J’essaie, dans la mesure du temps que je peux dégager, de donner des coups de main à droite à gauche pour débloquer ce genre de situations. C’est ce qu’on avait fait avec Marien sur Lessy, par exemple.

Des recommandations de lectures ou de visionnages pour en découvrir plus sur ton métier et sur les bonnes pratiques de UI/UX en général ?

Le site de NNGroup est une mine d’or pour les anglophones. Je m’y réfère beaucoup. Difficile également de passer à côté de l’ouvrage très riche de Carine Lallemand, « Méthodes de design UX ». Le livre d’Andrew Travers, « Interviewing for Research », propose 60 pages hyper pragmatiques sur comment conduire des entretiens de recherche UX (en anglais) .Stef Walter publie une veille très riche sur Twitter et sur son blog. Akiani publie une veille axée « UX research » très intéressante. Enfin, je vous conseille la veille accessibilité d’Access42, car cet aspect est bien trop souvent oublié de pas mal de projets, alors qu’il devrait en être les fondations.

Voici aussi une petite sélection de conférences à regarder :